Critique

Iraqi Odyssey

 
Critique par |

Le réalisateur iraqien Samir tente dans son nouveau documentaire, Iraqui Odyssey, de reconstituer l'histoire de sa famille dans le contexte des changements politiques radicaux dans le 20e siècle de son pays d’origine.

Des bombes, la guerre, des hommes barbus de plus en plus nombreux et en colère, des femmes voilées en pleurs, des villes détruites: l’Irak d’aujourd’hui apparait ainsi dans les médias occidentaux. Enfant, Samir y a vécu et connu un autre pays, méconnu des Occidentaux. A travers des images des années 1950 et 1970 qui forment un contraste étonnant, Iraqui Odyssey révèldes films à la musique frivole, des étudiantes tête nue; des hommes élégamment vêtus dans les rues de Bagdad, une ville moderne. Comment en est-on arrivé là aujourd’hui? Comme indiqué dans le sous-titre, a family and history odyssey, le réalisateur Samir raconte l’histoire de sa famille iraqienne, une famille de la classe moyenne aujourd’hui dispersée dans le monde entier, entre Auckland, Moscou, Paris, Londres et Buffalo NY.

L'histoire de la famille Jamal Aldin-lit semble presque aussi compliquée que l'histoire de l'Irak, mais est, à bien des égards, représentative du sort d'innombrables familles iraqiennes qui sont victimes des bouleversements politiques advenus au XXème siècle. Comme le rappelle le film de Samir, quatre millions d'Iraqiens vivent maintenant dans la diaspora, dispersés dans le monde entier: le résultat de guerres, de persécutions politiques et de difficultés économiques.

Le cinéaste Samir dont les parents sont venus dans les années 60 en Suisse, le pays de naissance de la mère, émigrée elle-même en Irak, essaie dans son documentaire d’établir des parallèles entre l'histoire iraqienne et celle de sa famille.

L'Odyssée est une image utilisée pour décrire la vie dans la Diaspora. L'oncle de Samir, Sabah, qui a vécu comme un médecin pratiquant au Koweït, en Syrie, à Oman et en Iran, fait une analogie politique au sujet du mythe d'Ulysse, dans laquelle l’Irak prend le rôle de l'épouse infidèle telle Pénélope qui se livre à son amant, en l’occurrence les Etats-Unis. L’Irak semble avoir toujours frayé avec les mauvais partenaires.

La frustration de l'évolution politique de leur pays d'origine est grande, en particulier parmi les membres de la famille plus âgés. L'espoir que la chute de Saddam Hussein pouvait laisser espérer la restauration des années 50 contemporaines, les années glorieuses de l’Irak, mais cet espoir s’est avéré être une erreur. Depuis des décennies à l'étranger, les oncles, les tantes et les cousins ​​éloignés de leur pays n'y retourneront sans doute pas. Agée de seulement trente ans, plus jeune demi-soeur de Samir, Souhair, refugiée aux Etats-Unis, attend un permis de séjour et espère rentrer dans son pays car le développement en Irak est optimiste.

Iraqui Odyssey  représente un projet ambitieux car Samir tente de raconter l'histoire d'un point de vue subjectif ainsi qu’avec une vision plus large et plus objective. Le cinéaste prouve qu’il est un narrateur enthousiaste (sa voix off commente les images), qui retrace l'histoire de la famille turbulente d'une pluralité de sources d'images impressionnantes (abondance de vidéos, d'extraits de films, de photos de presse, de photos de famille, d'entretiens). Il parcourt le monde pour aller à la rencontre de ses parents, en particulier Sabah, son cousin Jamal et émigré en Nouvelle-Zélande, sa tante Samira, dont les interventions enrichissent la chronique familiale d'anecdotes divertissantes et amusantes.

La narration des hommes et des femmes offre de belles idées sur une réalité sociale, soutenue par des images actuelles presque oubliées: dans les années 50, on voit comment le grand-père de Samir, un juge respecté, a envoyé ses filles à l'Université. A l’époque il n’y avait pas en Irak de contradiction entre religieux et courants laïques. Dans les rues, il n’y avait rien de très diffèrent entre Bagdad ou Paris et Londres. La famille Yamal Aldin appartenait à la classe moyenne, certains membres étaient au Parti communiste. Ce rôle de premier plan engagé de la famille au sein de la société iraqienne est une raison pour laquelle elle se trouvait au cours des décennies toujours au milieu des grands processus politiques. Ainsi, les souvenirs de Jamal, qui a étudié la physique atomique à Moscou à la fin des années 50 pour aider plus tard dans la construction du premier réacteur iraqien, rappellent le sort d'innombrables communistes sous le régime baasiste.

Dans les festivals internationaux, une version de Iraqi Odyssey de 160 minutes n’est pas un format si facile à diffuser et pourrait dissuader certains spectateurs potentiels, même si le contenu est passionnant. Dans les descriptions des récents événements de 1991, l'année de la Deuxième Guerre du Golfe, le film fait, en résumé, réfléchir sur les conséquences et offre une leçon d'histoire qui rassemble la politique et le privé d'une manière extrêmement vivante.

En savoir plus sur Firouz-Elisabeth Pillet

CONCOURS Les Gardiens de la Galaxie 2 gagnez un Bluray ou un DVD

Participer