Critique

El Clan

 
Critique par |

Basé sur une histoire vraie, le film du cinéaste argentin raconte l'histoire du clan Puccio, riche famille de Buenos Aires. Dirigé par le père, Arquimedes, le clan a kidnappé et séquestré des hommes d'affaires dans le quartier de San Isidro, exigeant d’importantes rançons avant de les tuer dans le sous-sol de la maison familiale au cours des années quatre-vingt. Justifiant ses actes auprès des siens comme étant pour leur bien, le chef de ce clan incarne l’un des cas les plus sinistres des dernières décennies en Argentine. Pour le porter sur grand écran, Pablo Trapero s’est entouré des acteurs Guillermo Francella, incroyable et inquiétant rien que par le regard, et Peter Lanzani en tant que protagonistes principaux.

En 108 minutes au rythme très soutenu, Trapero établit des résonances musicales en ouverture et en fin de film qui servent d’écrin à une histoire rondement menée et interprétée. Pour les cinéphiles férus de cinéma argentin, ils reconnaitront difficilement Francella tant les changements physiques sont significatifs dont le plus important est la couleur des cheveux, blanchis pour ce rôle. Francella joue le chef de la famille tandis que Lanzani incarne Alexandre, le fils aîné, joueur de rugby et aide accessoire de son père dans son "entreprise".

L’idée d’adapter cette terrible histoire trottait depuis longtemps dans la tête de Trapero, considéré comme le chef de file de la nouvelle vague du cinéma argentin, est très productif. Ces récents longs métrages (Elefante blanco, 2012, Carancho, 2010) ont séduit le public européen qui attend chacun de ses films avec impatience.

Tous les acteurs livrent une interprétation brillante, en particulier Francella dans sa version du célèbre criminel, intériorisée par la richesse contenue d’un personnage si controversé qu'il nous tient en haleine jusqu’aux dernières secondes du film.
L'intrigue du film, brillamment maitrisée, entraine les spectateurs dans un récit en zigzag qui effectue un va et vient dans les cinq premières années de la décennie 80. L’effort de reconstitution est immense, que ce soit au niveau des tenues, des véhicules utilisés et même des décors puisque Trapero a tourné dans la maison utilisée à l'origine par la famille.

En savoir plus sur Firouz-Elisabeth Pillet