Critique

Tempête

 
Critique par |

Tempête, de Samuel Collardey, est un docufiction qui suit le parcours d’un marin pêcheur breton, Dom, qui passe sa vie en haute mer et ne rentre que quelques jours par mois à terre. En dépit de ses longues absences, il a la garde de ses deux enfants, Maylis et Mattéo qui ne sont pas moins deux adolescents faisant leurs propres expériences. Dom fait preuve d’une agaçante immaturité malgré ses tentatives d’être un père à la hauteur des espérances de ses enfants. Afin de rentrer fous les soirs, il tente d’acheter son propre petit bateau de pêche qu’il exploiterait avec son fils. Assez grands pour s’assumer.

Samuel Collardey avait signé un documentaire, L’Apprenti, une fiction, Comme un lion, son précédent long métrage. Avec Tempête, le réalisateur choisit la voie du milieu, invitant les protagonistes à interpréter leur propre histoire. Le fait de porter sur grand écran l’histoire par les personnes concernées semble thérapeutique pour les «acteurs» mais laisse perplexe les spectateurs même si, de toute évidence, le récit a été aménagé pour donner naissance à une dramaturgie.

Côtés positifs: Dominique Leborne, personnage principal de Tempête, a le courage de dévoiler sa vie, ses carences, et avoue sa souffrance face à la situation de rupture avec sa fille. Le film apporte une dimension anthropologique sur le grand métier de marin. Les protagonistes nous immergent dans la réalité crue de leur vie, apparaissant sans aucun artifice ni maquillage.

Côtés négatifs: Le film s’ouvre sur une scène dans un pub irlandais, à Corck, où des marins entonnent une chanson des Pogues. On découvre ensuite Dom sur le pont d’un bateau, relevant les filets. On espère donc une réflexion sur les marins, la culture celtique qui les unit mais il ‘en est rien. La promesse initiale d’une histoire a tôt fait de s‘estomper, le récit demeurant très linéaire. Le réalisateur restitue les éléments de la vie de Dom, ses cours à l’école des pêches, ses petits boulots, ses difficultés à se chauffer, à payer l’eau chaude, mais se limite à aligner ces divers éléments sans développer une réflexion. On finit par être agacé par ce père immature qui tarde à grandir et à prendre ses responsabilités.

Dommage! Tous les éléments étaient pourtant présents pour faire un film captivant.

En savoir plus sur Firouz-Elisabeth Pillet

Dans le même sujet...

 

Tempête

Critique par |

CONCOURS Les Gardiens de la Galaxie 2 gagnez un Bluray ou un DVD

Participer