Critique

Steve Jobs

 
Critique par |

POUR

Pas facile de sortir un film comme Steve Jobs, marqué par plusieurs obstacles au niveau de la production: les disputes autour du réalisateur (David Fincher était le premier choix) et des acteurs; les problèmes au sein de Sony, qui a fini par abandonner le projet; les réactions de la veuve du créateur d'Apple, qui n'a pas voulu que le film voie la lumière du jour; et, bien sûr, l'existence de Jobs, le médiocre biopic du génie de l'informatique avec Ashton Kutcher dans le rôle principal. 

Mais le voilà, enfin, cet ovni écrit par Aaron Sorkin et réalisé par Danny Boyle, le cinéaste anglais qui, une fois n'est pas coutume, renonce à ses tendances visuelles très dynamiques et folles pour signer une oeuvre plus sobre, dominée par la verbosité du scénario. Sorkin, le très bavard auteur de The Social Network, allergique aux films biographiques traditionnels, aborde le sujet de la vie de Jobs en se concentrant sur trois moments seulement (enfin, presque), en temps réel: ce qui se passa dans les coulisses lors de la présentation de trois produits conçus par Jobs, à savoir le tout premier Macintosh (1984, tourné en 16mm), le Next (1988, en 35mm) et le iMac (1998, filmé en numérique). Des flashbacks occasionels et des extraits d'actualité fournissent quelques informations supplémentaires. 

Tel qu'il est imaginé par Sorkin et Boyle, Steve Jobs est un film qui reconnaît le talent de Jobs mais n'hésite pas à souligner son côté moins sympathique, en utilisant sa relation avec sa fille pour ancrer au niveau émotionnel la structure en trois actes qui respecte les "règles" de l'écriture cinématographique américaine tout en ayant l'air de les ignorer. Et la complexité du personnage trouve son représentant idéal dans la prestation de Michael Fassbender, qui ne ressemble pas tellement au Jobs plus jeune mais compense ce "défaut" avec une intensité et un engagement qu'il est impossible d'ignorer. Il est habilement soutenu par Kate Winslet, Jeff Daniels et Seth Rogen, tous capables de donner une vie vibrante et vigoureuse aux dialogues de Sorkin, dont l'absence parmi les nommés pour le scénario restera un des grand péchés des Oscars 2016. 

En savoir plus sur Max Borg

Dans le même sujet...

 

Steve Jobs

Critique par |

CONCOURS La Belle et La Bête gagnez un bluray

Participer