Critique

Anomalisa

 
Critique par |

CONTRE

Bon d’accord, quatre ans de travail en stop motion, ce n’est pas rien, mais ce n’est pas un critère absolu de qualité. Passons donc sur le mérite des nombreux techniciens qui ont bossé durement la-dessus pour s’intéresser au produit final, car on ne juge pas une voiture à sa fabrication, mais à sa tenue de route. Et là, on tombe sur un film ennuyeux au possible et énervant tant il use et abuse d’un intellectualisme arrogant et condescendant, au même titre qu’un film d’action décérébré ne flatte ses amateurs que par son bruit et sa fureur.

On suit un personnage détestable qui vient à Cincinnati pour faire la promotion d’un de ses infectes livres de développement personnel dans le monde du travail. Ce tout petit monsieur pense que tout lui est dû et joue les coq de basse-cour en distillant un flot ininterrompu de paroles toutes plus agaçantes les unes que les autres, faites de formules à l’emporte pièce, sensées représentées la vérité.

On a donc droit à l’interminable trajet en taxi qui le même à son hôtel et à l’insupportable introspection qu’il nous inflige. Car monsieur se prend la tête de savoir s’il va pouvoir coucher avec une femme avant son intervention du lendemain. Ah oui, il ne faut pas oublié qu’il est déjà adulé par une horde de fans qui, comme souvent dans ce cas, se comporte avec lui comme des larves. Et ò surprise, il tombe sur une fille naïve qui est là pour l’entendre déblatérer sur ses recettes de vie et qui va vite s’avérer très facile en acceptant de coucher avec lui sans grande résistance. Et on part dans une longue séquence sexuelle toujours aussi bavarde. C’est génial, on a jamais vu cela dans un film d’animation, quelle audace et blabla, peut-on lire à gauche et à droite. La belle affaire, une scène de cul reste une scène de cul quand elle n’a rien d’autre à montrer, et c’est furieusement le cas ici.

On passera sur la conclusion toujours aussi verbeuse qui se veut philosophique sur les rapports éphémères homme-femme et on se hâtera de quitter la salle pour aller chercher une vraie réflexion sur l'existence ailleurs

En savoir plus sur Remy Dewarrat

Dans le même sujet...

 

Anomalisa

Critique par |

CONCOURS 4 X 2 invitations à gagner pour "Visages d'enfants" au City-Club à Pully

Participer