Critique

Imagine Waking Up tomorrow And All Music Has Disappeared

 
Critique par |

 Et si, un jour, la musique disparaissait totalement de la surface de la Terre, sans laisser de traces ? Que pourrait-on faire ? C’est la question que se pose Bill Drummond, artiste guérillero qui entame une expérience curieuse : en parcourant la même latitude en Angleterre, Irlande et au pays de Galles, il demande aux gens qu’il rencontre de chanter ou fredonner un air qui n’existe pas. Enfin, pas encore. Une fois réunies toutes ces notes séparées, Drummond va écouter le morceau qui en sortira. Une seule fois. Ensuite, il effacera à jamais le fichier.

Le réalisateur Stefan Schwietert accompagne Drummond tout au long de son voyage culturel et anthropologique, en capturant avec sa caméra les réactions étonnées et enthousiastes des interlocuteurs du musicien. Il en dérive un portrait drôle et curieux de la créativité humaine, guidée par l’énergie inimitable de son protagoniste. De plus, Imagine Waking Up Tomorrow and All Music Has Disappearedest un produit qui s’amuse avec le son et le spectateur. Car après avoir ramassé toutes les notes dont il a besoin, Drummond écoute le morceau devant nous. Sauf que nous, on entend rien, parce que pour en avoir le droit il faut avoir fait partie de The17, le nom que le musicien a donné à son « groupe ».

 Et voilà donc l’offre qui clôt le film : Drummond nous invite à devenir membres de The17, en remplissant les dernières minutes de l’œuvre avec nos propres notes, basées sur le rythme de notre pouls. Imagine Waking Up Tomorrow and All Music Has Disappeared aura donc une vie garantie longtemps après son passage à Visions du Réel, où il a été sélectionné dans la compétition internationale de longs métrages. Car cette dernière expérience sera répétée chaque fois que le film sera projeté sur un écran, et les participants auront la possibilité d’ajouter le leur nom au générique à travers le site officiel de ce documentaire qui est peut-être l’exemple ultime du work in progress. Une expérience interactive à ne pas rater, qu’on s’intéresse ou non à l’avenir de la musique.

En savoir plus sur Max Borg