Critique

Le Nouveau Stagiaire

 
Critique par |

Le film a fait coulé beaucoup d’encre outre-Atlantique. soit critiqué, soit porté aux nues, le dernier film de Nancy Meyers réussit à faire parle de lui.

Le Stagiaire d’Anne Hathaway alias Jules Ostin, fondatrice et directrice d'un détaillant de mode en ligne en croissance exponentielle, est Robert De Niro, alias Ben Whittaker, un septuagénaire fringant et disponible qui va rapidement se révéler le conseiller indispensable en toutes circonstances.

Les performances d’Anne Hathaway et de Robert De Niro sont excellentes (l'une des forces du film est que l'amitié de Jules et Ben reste totalement platonique) mais de nombreux éléments sont gentillets dans le film.

De Niro apporte une fraîcheur évidente, une légèreté détendue grâce à sa performance, teinté d’un charme bourru à la Spencer Tracy. Nombres des meilleures séquences du film consistent à placer Ben en relief par rapport aux employés masculins plus jeunes qui deviennent, de facto, ses admirateurs inconditionnels, buvant ses conseils dont ils ont d’ailleurs bien besoin. Compte-tenu de Compte tenu de la vacuité du scénario, il faut admettre que Hathaway et De Niro réalisent une prestation tout à fait louable.

L'ensemble du film semble une accumulation de stéréotypes sur les clivages générationnels, tant dans l’univers professionnel que sentimental, et donne l’impression de découvrir les considérations et pensées de Nancy Meyers, éparpillées à travers un assortiment de scènes qui s’emploie à démontrer les évinces de ces contrastes en les surlignant, en particulier à travers la vie de Ben qui distille une série de clichés.

Fort heureusement, comme dit précédemment, la prestation de Robert De Niro  permet d’occulter les défauts du flm; l’acteur prend possession du film à partir du moment où il ouvre la bouche, et regarde fixement la caméra

Quant à Nancy Meyers elle semble se contenter de faire un beau film (photographie très colorée) sur des gens qu'elle veut rendre sympas mai qui n’ont pas particulièrement l’étoffe ni la puissance des grands héros.

Nancy Meyers nous avait habitués à mieux et The intern demeure un simple divertissement.

En savoir plus sur Firouz-Elisabeth Pillet