Critique

Le Bouton de nacre

 
Critique par |

En mai 2012, Patricio Guzmán était à Punta Arenas ; le cinéaste commençait les recherches afin de raconter l'histoire des disparus dans l'île de Dawson avec l'extermination des groupes ethniques du sud du Chili.

Comme mentionné dans une interview publiée dans le journal La Tercera , Bouton de nacre est la deuxième partie de la trilogie qui a commencé avec Nostalgie de la lumière, inspiré par le désert, tout proche de la crête des Andes: «Je suis comme beaucoup de documentaristes, qui, quand ils “scénarisent“ leur film, sont à la recherche de métaphores et d’associations libres, mais pas selon une norme. En outre, le script reste à la maison quand je tourne parce que la la prise de vue avec un scénario à la main est ennuyeuse, comme la tenue d'un cigare allumé toujours partout avec vous, ajoute-t-il en riant».

Lorsqu'on a demandé de Dieter Kosslick, le directeur du Festival du Film de Berlin, si l'un des films qui ont été sélectionnés pour cette année le laissait vraiment perplexe, il a répondu: «Oui, Bouton de nacre, un documentaire du réalisateur chilien Patricio Guzmán; Guzman est un grand artiste et son film est son chef-d'œuvre».

Mais mettre un documentaire en compétition à la Berlinale, l'un des plus importants festivals de cinéma du monde, est une réelle audace que relève Dieter Kosslick, connu pour vouloir donner une identité distincte à son festival, moins conventionnelle, moins prévisible, plus politique. Avec le film de Patricio Guzmán, le pari est réussi.

Bouton de nacre suit la même orientation que le documentaire précédent, Nostalgie de la lumière, qui a remporté le prix 2010 du Meilleur Documentaire de  l'European Film Academy. C’était déjà une audace de rechercher l'origine du monde dans le ciel avec le sort des disparus dans le désert chilien. Tout aussi poétique et politique que le premier volet, ce second volet, part à la recherche de quelque chose de similaire, mais utilisant l'eau comme une métaphore et comme un lien invisible entre la terre et les âmes des disparus, refugiés dans les étoiles. Son angle d’observation est encore plus grand par le biais de l'eau comme élément universel de la vie même si, dans ce film, Patricio Guzmán souligne que l'eau est aussi symbole de cimetière, rappelant les victimes jetées à la mer pendant la dictature de Pinochet.

Le film s’ouvre sur des séquences successives d'eau, sous toutes ses formes, dans l’archipel du Chili austral: blocs de glace, fjords, gouttelettes qui ruissellent en gros plan, bras de mer qui s’enfoncent dans la terre. Puis, Guzmán s’intéresse au triste sort des peuplades indigènes du Sud, exterminées a l’arrivée des colons, victimes des fameux "chasseurs d’Indiens", civilisations qui vivaient en parfaite symbiose avec les éléments,  incluant en particulier l'eau comme matrice et centre de leur l'univers. Consultant une amie artiste, Guzmán filme une gigantesque carte du pays (à son époque dans les classes d’école, il n’existait aucune carte du Chili, toujours divisée en trois parties) prenant la forme de la mer dans la géographie du Chili, ancrant son récit via plusieurs axes: le débit de l’eau en Patagonie, les tribus locales et les adversaires du cimetière de la mer du régime.

A ce propos, Guzman  déclare: «En Allemagne, lors de l'examen de l'Holocauste, on doit montrer des montagnes de cadavres alors que ce qui est arrivé au Chili, s’est fait avec calme et la sobriété absolue, ce qui rend la tragédie encore plus puissante». Le film offre des images fascinantes, soutenues par la voix de Guzmán qui hypnotise. Quand le réalisateur se plonge sur la tragédie qui a touché les populations indigènes, il y a beaucoup de moments mémorables comme les photos que Guzmán obtient sur les tribus de Patagonie au début du XXe siècle avec le corps peint, qui se tiennent tant droit face a l’objectif, qu'ils semblent sortis de la commedia dell’arte ou quand Gabriela Paterito, l’une des vingt descendants survivants des Indiens fait de laborieux efforts pour récupérer les mots de la langue de son appartenance ethnique de Kaweskar; quand Particio Guzmán lui demande de traduire "police" ou "Dieu", elle dit qu’il n’existe pas de traduction pour de tels mots. Et quand le cinéaste lui demande si elle se sent chilienne, elle n’hésite pas un instant: «Non, absolument pas!» Le dossier de presse du film précise que les tribus décimées sont Selknams (ou Shelknams) ou Onas, les Yagans ou Yámanas, les Alakalufs ou Kaweskars et les Haushs ou Mánekenks. 

Probablement personne n'a aussi bien filmé les scènes de nature avec autant de puissance, en particulier en Patagonie. Il y a beaucoup de détails intéressants. Mais le cheminement subtil par lequel Guzman amène les spectateurs à la reconstitution des meurtres et de la manière dont les corps ont été jetés a la mer, est tout simplement poignant alors qu’un ancien pilote d'hélicoptère du régime  alterne des moments de confession et des silences. Parmi les nombreux personnages anonymes et les paysages, des interviews font la part belle au poète Raúl Zurita et à l’historien Gabriel Salazar.

Pourquoi un tel titre? La recherche d'un point commun à toutes ces préoccupations est l’extermination d’êtres humain. Bouton de nacre est ce que le capitaine Robert Fitz Roy a payé pour emmener un Indigne de la Terre de Feu. Jemmy Botton,  indigènes en Grande-Bretagne en 1830 (Orundellico, connu sous le nom Jeremy Button ou Jemmy Button, (c 1815 -. 1864) était un natif de la Terre de Feu Yaghan ou Yámana, nom  des gens des îles autour de Tierra del Fuego, au Chili et en Argentine moderne, il a été emmené en Angleterre par le Capitaine Fitz Roy à bord du HMS Beagle et est devenu une célébrité le temps d'une période. La mission était de l’occidentaliser. Revenu sur sa terre natale des années plus tard, il n’a jamais retrouvé sa place, demeurant exilé dans son propre pays. Servant de fil conducteur au récit, un bouton de nacre recouvert de  mousse a été retrouvé attaché à un rail ayant servi à faire couler les victimes torturées, dont la mer a tout enfoui, si ce n’est ce bouton, seule réminiscence de leur existence.

Riche, instructif, passionnant, dense, le film de Guzmán  se mérite et n’est pas facile d’accès. Il faut s’intéresser, se laisser prendre par son odyssée historico-anthropologique qui génère un parallèle entre l'histoire, la géographie et l'univers physique, donnant au film sa puissance magnifique.

A Berlin, Guzman a laissé entendre que son projet de parler du passé ne correspond pas exactement a une politique nationale: «Dans mon cas, il y a deux questions qui influencent négativement quand je demande de l'aide: les victimes de la dictature et les peuples du Sud, de l'île Dawson. Tout le Sud est une histoire légendaire, comme le Far West. Et d'ailleurs, Punta Arenas propose plus que les musées de Santiago.»

En savoir plus sur Firouz-Elisabeth Pillet

CONCOURS Thor Ragnarok gagnez deux places pour aller voir le film

Participer

CONCOURS 3 x 2 invitations à gagner pour l'ouverture et la clôture du VIFFF

Participer