Critique

Hitman: Agent 47

 
Critique par |

En 2007, Hitman de Xavier Gens ne fit pas grand-chose pour prouver que les films inspirés des jeux vidéo ne sont pas que des produits creux et bourrés d'effets spéciaux. Huit ans plus tard, 20th Century fait un nouvel essai avec le personnage connu comme Agent 47, un tueur impitoyable et dépourvu de toute émotion. Le résultat est un "reboot", Hitman: Agent 47, qui partage néanmoins un élément pas si insignifiant que ça avec son prédécesseur: le scénariste Skip Woods, à qui l'on doit aussi le cinquième volet de Die Hard. Oh, quelle joie...

Tourné à Berlin et Singapour, cette nouvelle version nous présente 47 (Rupert Friend, acteur anglais vu notamment dans la série Homeland) alors qu'il a reçu la mission d'éliminer Katja Van Dees (Hannah Ware), une jeune femme liée à l'homme qui créa les Agents. Pour protéger Katja, la CIA envoie un nommé John Smith (Zachary Quinto), mais 47 n'est pas si facile à vaincre...

Il y a huit ans, le film de Gens, marqué par l'intervention du studio lors du tournage, pouvait au moins compter sur la prestation de son acteur principal, l'excellent Timothy Oliphant. Aujourd'hui, Friend reprend le rôle avec autant de talent, en incarnant parfaitement le côté froid et calculateur de 47. Hélas, le film lui-même est aussi exactement comme ça, ce qui nous laisse avec des séquences d'action bien faites mais plutôt vides et des personnages secondaires sans intérêt. En fait, pourquoi déranger des comédiens comme Thomas Kretschmann et Jürgen Prochnow pour un machin pareil? Heueusement qu'il y a Ware, qui s'en sort assez bien aux côtés de Friend, du moins quand ils sont pas en train d'essayer d'expliquer l'intrigue du film... 

 

En savoir plus sur Max Borg

CONCOURS La Belle et La Bête gagnez un bluray

Participer