Critique

Pitch Perfect 2

 
Critique par |

The Hit Girls 2 ou La Note parfaite 2 au Québec (Pitch Perfect 2), est une comédie musicale américaine librement adaptée du livre Pitch Perfect: The Quest for Collegiate A Cappella Glory de Mickey Rapkin, réalisée par Jason Moore. Pour incarner ce groupe d’étudiante universitaires, les Bellas qui chantent a capella, le film réunit beaucoup de stars qui se trouvaient déjà dans le premier film : Anna Kendrick, Rebel Wilson, Brittany Snow, Anna Camp, Skylar Astin, et Adam Devine, qui reprennent leurs rôles dans cette suite qui  ne se démarque en rien de l’original. Cette suite suit les Bellas, expulsées de l'académie chorale, dans leur tentative de réhabilitation et de rédemption à la finale internationale de Copenhague, pour lesquels elles doivent préparer un spectacle parfait.

Très américain, le film attirera eut-être quelques midinettes adolescentes qui rêvent de célébrité facile et s’identifieront aux actrices. Malheureusement de nombreuses blagues d’une vulgarité édifiante ou au détriment de l'excès de poids s’enchaînent à un rythme effréné. Les commentateurs font aussi des réflexions ouvertement racistes et sexistes mais ils sont soit-disants acceptables car destinés à être considérés comme des boutades potaches. Attendez-vous donc à des insinuations fréquentes où domine l'humour sexuel: un incident au cours duquel le pantalon d'un personnage en surpoids se détache pendant une représentation dévoilant son entre-jambe. La finesse n’étant pas à l’ordre du jour, suit une scène de combat d'oreiller entre ces jeunes femmes en pyjamas étriqués qui passent leurs soirées entre boissons et bagarres verbales. Mais elles sont aussi aux prises avec de grandes questions sur la carrière, l'amitié et l'amour, qui toutes résonneront avec les troubles de l’adolescence.

Si l’on ne peut rien reprocher techniquement à ce film, les personnages excentriques donnent des prestations parfaites mais sans relief qui donnent un sentiment de routines musicales aux diverses chansons qui sont enchaînées machinalement. Les férus de l’harmonie parfaite seront consternés par les accords sonores pas si amusants et des dysharmonies narratives qui entrelacent des rebondissements souvent grotesques. Et cette vulgarité omniprésente et tenace finit par nous laisser pantois.

En savoir plus sur Firouz-Elisabeth Pillet