Critique

Star

 
Critique par |

Le quatrième long métrage de la réalisatrice russophone d’origine arménienne Anna Melikian, née à Bakou, en Azerbaïdjan, brosse un portrait tragicomique de la Russie contemporaine. Peuplé de personnages à l’apparence structurelle un peu cliché, le film et d’une redoutable efficacité pour retenir l'attention des spectateurs pendant ses 128 minutes de projection.

Les deux héroïnes représentent deux moments différents de la même femme prototype qui vit de ses charmes et place toutes ses valeurs dans la société de consommation et ses critères superficiels. Le film d’Anna Melikian dépeint la Russie contemporaine, avec ses paradoxes entre un nouveau quart monde en peine paupérisation et les oligarques qui vivent comme des seigneurs plénipotentiaires des temps modernes.

Les deux protagonistes, Macha (Tinatin Dalakishsvili) et Rita (Severija Janushauskaite) incarnent une certaine représentation de la culture post-industrielle en général, et russe en particulier. D'un côté, Rita, la jeune compagne du sous-ministre Sergueï (Andrei Smolyakov) et belle-mère de Kostya (Pavel Tabakov), incarne l'idée de la réussite socio-économique, vivant dans l’opulence avec une armée d’employés de maison à ses ordres, prie à officialiser son statut et ne parvient pas à tomber enceinte. Le jeune Macha (Tinatin Dalakichvili) est à l'autre bout de cette réalité sociale, vivotant de petits boulots précaires, afin d’accomplir des interventions de chirurgie plastique nécessaires pour devenir une star.

Tout oppose Macha et Rita. Rita est une femme qui a tout et perd tout du jour au lendemain. La jeune et dynamique Masha n'a rien mais veut tout, en particulier un physique de rêve. Elle vit dans un studio beaucoup trop cher pour son budget et essaie de faire les choses en grand pour devenir actrice.  Elle est obsédée par son apparence et veut tout refaire: nez, oreilles, bouche, poitrine. Son talent d’actrice demeurant médiocre, elle est engagée comme sirène dans une discothèque et doit se prélasser en costume absurde dans un aquarium. C’est dans ce club qu’elle rencontre Kostya, qui y travaille comme assistant. Issu d’un milieu privilégié, l’adolescent hante Moscou et ses quartiers douteux, et vole régulièrement de petites boutiques pour séduire Macha.

Anna Melikian met rapidement en évidence les contradictions des deux personnages, avec la ville de Moscou comme toile de fond. La critique sociale est une constante au cours de la progression narrative du film. Heureusement, la cinéaste le fait intelligemment et de manière fluide. Quelques passages plus comiques sont bien insérés et amenés à bon escient dans le récit, évitant ainsi de sombrer dans la caricature des milieux parcourus qui pourraient se révéler excessivement lourde, que ce soit la villa de l’oligarque, les cliniques esthétiques, les auditions de casting et le quartier où vit Macha.

En termes de structure, le film a quelques passages plus incongrus mais l’histoire qui évolue sur plusieurs plans selon les personnages est captivante. La photographie est un autre point fort du film, mettant en valeur un troisième protagoniste, la ville de Moscou qui est présentée, non pas à travers les vues touristiques, mais dans une perspective plus réelle, une immersion sans concession dans les milieux défavorisés presque à la première personne. Anna Melikian effectue un travail solide avec sa caméra, accompli sans exagération, en particulier lors des séquences "caméra à l’épaule".

Star soulève des questions d'ordre social et économique, mais aussi des questions plus philosophiques, existentielles, personnifiées par les personnages secondaires comme le vieil homme collectionneur (Juozas Budraitis), mettant en évidence le problème de la fugacité de la vie, la valeur artistique et son équivalent en monnaie de l'art contemporain. La qualité technique, soutenue par un groupe solide d’acteurs à l’interprétation  excellente (en particulier celle de Severija Janushauskaite) font du film Star une oeuvre de qualité très recommandable qui brosse une fresque tragicomique de la Russie contemporaine.

En savoir plus sur Firouz-Elisabeth Pillet

CONCOURS Thor Ragnarok gagnez deux places pour aller voir le film

Participer

CONCOURS 3 x 2 invitations à gagner pour l'ouverture et la clôture du VIFFF

Participer