Critique

Réalité

 
Critique par |
Avec son nouveau film, Quentin Dupieux réalise une comédie surréaliste déjantée et montrent brillamment qu'il est un des maîtres en la matière au cinéma. Il nous invite à suivre un caméraman de télévision qui parvient à convaincre un producteur de financer son film de science-fiction nihiliste à condition qu'il obtienne le gémissement parfait. Obnubilé par sa tâche et angoissé, il commence à faire des cauchemars et ne parvient plus à distinguer la réalité de ses songes qui s'entrecroisent, au grand dam de son épouse thérapeute. En parallèle, on découvre la fabrication d'un autre film du producteur qui conte l'histoire d'une petite fille dont le père chasse le sanglier. Un jour, alors que ce dernier dépèce une bête, elle remarque une cassette vidéo tomber en même temps que les tripes de l'animal dans la bassine prévue pour récupérer ces abats. Bien sûr, quand elle évoque la chose, personne ne veut la croire. Le troisième élément de ce maelström relate les déboires de l'animateur de l'émission pour laquelle travaille le caméraman, pris par une crise de démangeaison cutanée pour le moins étrange.

Dupieux mixe avec énormément d'efficacité ces différentes histoires pour en faire un long métrage unique qui garde, malgré toute sa folie, une unité parfaitement rigoureuse, sans ne jamais chercher à perdre son spectateur dans des délires sans queue ni tête. C'est une leçon de scénario et de montage extraordinaire que l'on applaudit par son originalité et sa maîtrise, comme l'atteste le mélange entre l'anglais et le français sans que le passage de l'un à l'autre ne choque. On est face à ce genre de film dont les multiples visions ne perturberont jamais l'appréciation, tant il permet de découvrir plein de choses qui peuvent échapper de l'une à l'autre séance.Au côté d'Alain Chabat, excellent dans le rôle du caméraman obsédé par la réalisation de son premier long-métrage, on retrouve avec plaisir Elodie Bouchez qui incarne la rigueur terrienne un peu perdue dans ces univers parallèles, et Jonathan Lambert, parfaitement à sa place en producteur dépassé par les événements.

Après Rubber, Wrong et Wrong Cop, Quentin Dupieux signe une oeuvre dont l'originalité reflète parfaitement son cinéma qu'il convient vraiment d'appeler de l'art.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS LION gagnez un Bluray ou un DVD

Participer