Critique

Entourage

 
Critique par |

Vous vous souvenez d'Eric, Vince, Drama, Turtle et Ari? Si la réponse est "oui", voilà ce qui est vraisemblablement pour vous un des films les plus attendus de l'année. Si c'est "non", vous aurez peut-être de la peine à vraiment apprécier cette suite cinématographique de la série culte de HBO, diffusée de 2004 à 2011 et toujours raisonnablement populaire en DVD. C'était, à l'époque, une sorte d'équivalent masculin de Sex and the City, même si Entourage, le film, n'espère pas atteindre un niveau similaire en termes de recettes.

La série, inspirée très librement de la vie du producteur Mark Wahlberg, racontait les aventures d'une jeune star, Vincent Chase (Adrian Grenier) et de son entourage: Eric "E" Murphy (Kevin Connolly), meilleur ami et manager; Johnny "Drama" Chase (Kevin Dillon), frère aîné toujours à la recherche du rôle définitif; et Salvatore "Turtle" Assante (Jerry Ferrara), le chauffeur du groupe. Aujourd'hui, la situation est plus ou moins la même, sauf que Vince, qui vient de réaliser son premier long métrage, risque d'être victime du conflit idéologique et financier entre Ari Gold (Jeremy Piven), son ancien agent devenu chef de studio, et Larsen McCredle (Billy Bob Thornton), un milionaire texan qui refuse de payer encore plus pour compléter la post-production.

Comme la série était un produit HBO, et de plus capable d'attirer des gens comme James Cameron, Matt Damon et Martin Scorsese, tous prêts à se sacrifier au nom du second dégré, il n'y a pas grand-chose que le film puisse faire pour ne pas ressembler à un épisode plus long. Ce qui ne semble pas embêter le scénariste-réalisateur Doug Ellin, qui a conçu cette transposition sur grand écran de son fantasme hédoniste surtout pour les fans. C'est pour eux qu'il y a quand même des "plus": plus de nanas, plus de figurants célèbres (Liam Neeson, Armie Hammer, Ed O'Neill), plus de moments drôles et émouvants entre potes. Pour les non-initiés, il y a aussi un plus: Ari Gold, ce merveilleux concentré de colère que Piven maîtrise parfaitement depuis onze ans. Que l'on connaisse la série ou pas, il est impossible de ne pas sourire en entendant les mille manières dont il va humilier tous ceux qui lui créent de problèmes. C'est ça, Hollywood!

En savoir plus sur Max Borg

CONCOURS 4 X 2 invitations à gagner pour "Visages d'enfants" au City-Club à Pully

Participer