Critique

Valley of Love

 
Critique par |

CONTRE

Ecrit par Guillaume Nicloux, qui dédie ce film à son père en exergue du prologue, Valley of love réunit deux acteurs célèbres qui ont eu un fils il y a 31 ans et sont conviés par une lettre adressée par ce dernier, à se réunir dans la Vallée de la Mort après sa mort. Ils reçoivent chacun une lettre de lui,  leur demandant de voyager et visiter cinq endroits du site afin de le voir réapparaître.

La mère n’a plus vu son fils depuis sept ans ; le père semble avoir eu des difficultés de communication avec cet enfant qui l’a souvent invité à Mission, le quartier de San Francisco où il vivait avec son ami mais où il ne s’est jamais rendu. The Valley of love réunit donc un très beau couple de cinéma: Gérard Depardieu et Isabelle Huppert qui n'avaient plus tourné ensemble depuis Loulou de Maurice Pialat, en 1980.

Dans une sorte de mise en abîme qui finit par lasser, Isabelle Huppert et Gérard Depardieu incarnent tous deux des personnages qui portent les mêmes prénoms qu'eux et sont comédiens. La frontière est donc mince entre réalité et fiction, une ambiguïté voulue et assumée par Guillaume Nicloux. A cela s’ajoute un lieu de tournage magnifique. Le film a d’ailleurs été réalisé sous une température ambiante de 50 degrés, ce qui est répété inlassablement par les protagonistes.

Même si Gérard Depardieu et Isabelle Huppert parviennent à restaurer leur complicité et leur aisance à jouer ensemble évidente à l’écran, le film, maladroit, ne parvient pas à convaincre malgré ses bonnes intentions initiales. Matérialisant un sentiment d’authenticité du couple parental, le duo d’acteurs a amené quelques journalistes à tirer des parallèles évidents avec le couple que les comédiens formaient dans Loulou. Malheureusement, tourner avec de tels acteurs ne suffit pas à faire un film abouti.

En savoir plus sur Firouz-Elisabeth Pillet

Dans le même sujet...

 

Valley of Love

Critique par |

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir "Mare"

Participer