Critique

Le dernier coup de marteau

 
Critique par |

Avec Le Dernier Coup de marteau, Alix Delaporte signe son deuxième long métrage de fiction après Angèle & Tony et pose les bases d'une cinématographie originale, sincère et personnelle, ce qui devient de plus en plus rare, l'image même d'un cinéma en marge des standards habituels devenus de simples outils marketing sans âmes et sans corps.

Chez Alix Delaporte tout passe par l'image et le corps de ses comédiens devient le vecteur des sentiments éprouvés par les protagonistes, comme elle le montre d'emblée dans une superbe séquence de baignade en rivière, nous faisant comprendre sans bavardage stérile que la mère de son héros est atteinte dans son intégrité physique. On fait la connaissance donc de Nadia et de son fils Victor âgé de treize ans, vivant très chichement dans une caravane parquée sur une plage non loin de Montpelier. Victor ne connaît pas son père Samuel, un chef d'orchestre réputé qui s'apprête à diriger la 6ème symphonie de Mahler, dite tragique, dans un opéra de la région.

Se concentrant sur le point de vue du garçon, le film conte comment il va aborder son père en suivant furtivement les répétitions de l'orchestre. Il ne sait pas comment son géniteur va le recevoir après toutes ces années et doit le faire seul car sa mère refuse de revoir Samuel. De prime abord, ce dernier semble ne pas accorder la moindre importance à son enfant, mais petit à petit, il s'intéresse à ce passionné de football en passe de devenir titulaire d'une école spécialisée, lui faisant découvrir son univers musical. De son côté, Victor essaie de convaincre sa mère de ne pas quitter leur plage, en tâchant de trouver l'argent nécessaire à leur bien être et en se révoltant. Alix Delaporte dresse le portrait de ces trois personnages en les liant avec la musique classique et elle filme comme personne les séquences relatives au football et les répétitions de l'orchestre, cherchant à éliminer pertinemment tout l'aspect spectaculaire qui leur est trop souvent bêtement associé.

Contrairement à une grande partie de la production nombrilo-narcissique qui pollue nos écrans depuis quelque temps avec des branlettes comme WhiplashBirdman ou L'Art de la fugueLe Dernier Coup de marteau ne prône pas l'individualisme crasse et égocentrique cher à nos sociétés du paraître à tout prix, perdue dans sa propre image de bobo en recherche perpétuelle de son moi profond. Il s'intéresse à des personnages vrais qui se battent pour accéder au bonheur le plus simple, à savoir vivre en harmonie avec ceux qui leur sont proches, et non chercher vainement à toujours vouloir se faire de nouveaux "amis" et forcément sombrer systématiquement dans l'insatisfaction, autre effet de mode très pervers présent dans les média actuellement. Alix Delaporte magnifiquement aidée par ses comédiens et ses techniciens, s'appuie sur l'être et non le paraître pour intéresser et interpeller son auditoire: le résultat est brillant de simplicité et dégage une puissance émotionnelle à mille lieues des produits formatés genre Plus belle la vie ou Station Horizon dont on peine à comprendre les existences.

En savoir plus sur Remy Dewarrat