Critique

A Girl Walks Home Alone At Night

 
Critique par |

Il arrive des fois de tomber sur des ovnis parmi les sorties cinématographiques. C'est bien le cas cette semaine, où on voit que, aux côtés de suites attendues comme Fast and Furious 7 et Indian Palace 2, il existe un petit film, très spécial, qui risque de disparaître de nos salles assez rapidement. Un film qu'il ne faut absolument pas rater, que l'on soit fans du cinéma de genre ou pas.

Le film, découvert en avant-première suisse lors de la soirée de clôture du 29e FIFF, s'appelle A Girl Walks Home Alone at Night. Un titre qui fait tout de suite penser à un thriller, ou à un film d'horreur. Sauf que cette fille qui rentre chez elle toute seule, la nuit, n'est pas une victime, car il s'agit d'un vampire. Le récit se veut donc comme une réécriture des stéréotypes du genre, avec lesquels il s'amuse du début à la fin.

Le film est une production américaine, mais la réalisatrice est une jeune iranienne, et les acteurs sont tous originaires du même pays. La photographie en noir et blanc rend hommage à Jim Jarmusch, et la musique cite ouvertement le Morricone des westerns spaghetti, et pourtant il n'y a pas un seul mot en anglais dans ce microcosme qui rappelle les USA mais où tous les habitants parlent farsi. Le nom de la ville, Bad Town, est en apparence banal, mais il n'y a rien de simple dans les relations qui se forment entre les différents personnages, qui finissent tous par interagir avec cette fille mystérieuse qui boit du sang...

Film d'horreur? Exercice de style cinéphile? Allégorie politique? Ce film est toutes ces choses-là, mais aussi rien de tout ça. C'est un objet qui existe en dehors de ce qui est la programmation hebdomadaire typique pour une salle de cinéma en Suisse romande. C'est un produit qui n'est pas pour tous, ou peut-être qu'il l'est. Car il montre que même dans ce monde toujours plus conventionnel qu'est le nouveau cinéma indépendant d'inspiration américaine, il y a quelqu'un qui essaie de dire quelque chose de nouveau. Vin Diesel sera toujours là dans les semaines qui viennent, tandis qu'il n'y aura peut-être pas beaucoup de temps pour entamer un voyage cauchermardesque et magnifique avec cette fille qui rentre, toute seule, la nuit...

En savoir plus sur Max Borg

CONCOURS 4 X 2 invitations à gagner pour "Visages d'enfants" au City-Club à Pully

Participer