Critique

Birdman

 
Critique par |

L'année passée, c'était Gravity. Aujourd'hui, c'est un autre film américain réalisé par un cinéaste méxicain qui, après avoir fait l'objet de la soirée d'ouverture de la Mostra de Venise, s'est retrouvé parmi les films les plus applaudis lors de ce qu'on appelle en anglais awards season ("saison des récompenses"). Le film s'appelle Birdman, et c'est une refléxion très drôle et sombre sur le cinéma, sur le théâtre, sur la dignité de l'acteur.

Birdman, c'est un superhéros qui a rendu très populaire le comédien Riggan Thomson (Michael Keaton). Hélas, ça lui empêche aussi, la plupart du temps, d'être pris au sérieux comme acteur. C'est pourquoi il a décidé de mettre en scène, à Broadway, une pièce tirée de l'oeuvre de Raymond Carver, l'auteur qui inspira jadis Short Cuts de Robert Altman. Mais il n'est pas facile de monter un spectacle pareil, lorsque il y a toujours des plaintes venant de la part des autres comédiens (Edward Norton, Naomi Watts, Andrea Riseborough), de l'agent de Riggan (Zach Galifianakis) ou même de sa fille (Emma Stone). De plus, la voix de "Birdman" continue à faire irruption dans la tête de Riggan, et le jour de la première n'est pas loin...

Voulant donner l'impression qu'on est en train de vivre le film comme une pièce de théâtre, ainsi que pour illustrer l'état d'esprit du protagoniste, le réalisateur Alejandro Gonzalez Iñarritu et le directeur de la photographie Emmanuel Lubezki, oscarisé pour les images de Gravity, ont construit Birdman comme un très long plan-séquence, même si, comme dans La corde de Hitchcock, il est possible d'identifier les astuces utilisées pour créer cet effet. Ce choix finit par dominer un peu trop la deuxième moitié du film, qui reste néanmoins une bonne satire sur Hollywood, notamment son obsession avec les superhéros. Et là, niveau casting, c'est gagné, puisque les trois acteurs principaux ont incarné Batman, Hulk et Gwen Stacy. C'est surtout Keaton, absent depuis trop longtemps de films vraiment remarquables, qui s'est présenté, dès la première du film à Venise, comme un des noms forts pour la saison des Oscars.

En savoir plus sur Max Borg

CONCOURS LION gagnez un Bluray ou un DVD

Participer