Critique

Comment tuer son boss 2

 
Critique par |

On les avait croisés pendant l'été 2011, ces trois losers qui détestaient leurs patrons à tel point que la meilleure solution était de tuer ces trois employeurs "horribles". Trois ans plus tard, Nick (Jason Bateman), Kurt (Jason Sudeikis) et Dale (Charlie Day) reviennent pour ajouter une énergie plus pimentée et folle à une période de Noël où les salles de cinéma sont occupées majoritairement par des hobbits, des pingouins et l'adorable ours Paddington.

Qu'est-ce qui a donc changé entre le premier Comment tuer son boss? et ce nouveau volet? En fait, Nick, Kurt et Dale ont donné vie à leur propre business, histoire d'éviter des situations désagréables avec un éventuel boss. Hélas, cette stratégie n'a pas les effets désirés, puisque une affaire prometteuse s'avère être en réalité une arnaque. Solution: pour se venger de Bert Hanson (Christoph Waltz), homme d'affaires sans scrupules, ils vont enlever son fils Rex (Chris Pine). Mais même ce plan aura des conséquences désastreuses...

Comme il y a trois ans, le plaisir principal de cette franchise méchante et menée par un bon rythme comique est de voir des hommes soi-disant normaux mettre en pratique ce qui doit être un fantasme pour tous ceux qui, une fois dans leur vie, ont travaillé dans des situations carrément infernales. Et, aussi comme il y a trois ans, le défaut majeur reste la tendance à modifier l'intelligence des trois protagonistes selon les demandes du scénario, ce qui permet aux autres, qu'ils soient les patrons ou les complices, de dominer l'action. Mais qu'est-ce qu'on s'amuse bien avec ces gens: Kevin Spacey, Jennifer Aniston (toujours aussi cochonne d'une manière rafraîchissante), le duo Waltz-Pine et, bien sûr, Jamie Foxx. Ce dernier mériterait presque son propre spin-off. A la place du troisième volet, peut-être?

En savoir plus sur Max Borg

CONCOURS Gagner 2 places pour aller voir ça

Participer