Critique

Whiplash

 
Critique par |

CONTRE

On devrait se méfier des films dont l'affiche est couverte de slogans dithyrambiques, comme s'il s'agissait de vendre le dernier gadget à la mode et vous faire passer pour un(e) moins que rien si vous ne le possédez pas. C'est le cas de ce Whiplash encensé, mais qui pose un sérieux problème de conscience. Voilà une oeuvre dans l'air du temps, certes, mais cet argument tellement facile en fait-il d'office un objet d'admiration? Evidemment que non, car à l'instar de l'insupportable Her de Spike Jonze, ce long métrage, au lieu d'évoquer un comportement engendré par une société prônant le narcissisme, l'égocentrisme et la couardise et d'en faire une étude pertinente, ne fait que son apologie déguisée sous la forme d'une sorte de divertissement. C'est malsain et on sort de la projection avec un malaise tangible, quand on constate qu'autour de soi, la chose est appréciée est défendue comme un chef-d'œuvre.

Ici, on a affaire au personnage très peu sympathique d'un étudiant batteur dans une école de jazz, qui se convainc qu'il va devenir le meilleur et que pour ce faire, il ne peut que se sacrifier (voilà encore une notion à la mode qui recèle bien moins de noblesse d'esprit que ce que l'on voudrait nous faire croire) et écraser les autres pour y parvenir. C'est à l'opposé de toute la cohésion primordiale au sein d'un groupe de musique, et l'histoire regorge d'exemples de formations qui ont implosé à cause de l'égo d'un de leurs membres, et quand il s'agit de jazz, c'est encore plus flagrant: sans symbiose, comment parvenir à maîtriser l'improvisation?

Pour encore enfoncer le clou, la route de cet être à l'individualisme pathétique croise celle d'un professeur qui n'a rien à lui envier. Sous prétexte d'obtenir le meilleur d'eux-mêmes, ce personnage peu recommandable rabaisse ses élèves par d'incessantes humiliations et va jusqu'à atteindre à leur intégrité physique. Là, où la révolte devrait être la seule issue salutaire, l'étudiant aux dents si longues qu'elles ne rayent pas le parquet, mais celui de l'étage d'en dessous, s'enfonce corps et âme dans cette compétition malsaine, annihilant tout espoir de vivre avec son prochain.

Ce film, son accueil plus que chaleureux et son relatif succès sont malheureusement les purs produits d'une génération qui a été, faute de vigilance et de réflexion, totalement contaminée par le libéralisme outrancier, ayant pour but de déshumaniser les masses afin qu'elles soient plus manipulables. C'est très inquiétant.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

Dans le même sujet...

 

Whiplash

Critique par |

CONCOURS LION gagnez un Bluray ou un DVD

Participer