Critique

Les Pingouins de Madagascar

 
Critique par |

Vous vous rappelez de Skipper, Kowalski, Rico et Private? Ces quatre pingouins avaient rapidement conquis le public à travers leurs aventures dans le cadre de la franchise Madagascar de DreamWorks, d'abord au cinéma, puis à la télévision, avec leur propre série animée. Maintenant, neuf ans après leur début, ils sont prêts pour dominer les salles obscures sans l'aide des autres animaux.

On apprend en fait que les quatre frères/amis d'enfance (leur relation familiale reste ambigue) sont des espions d'élite, du moins selon Skipper. Ils se retrouvent donc à devoir collaborer avec l'organisation North Wind lorsque Dave, un poulpe qui partagea jadis le zoo avec nos quatre héros, menace de changer le monde avec un sérum nommé Medusa. Survivront-ils à cette aventure? Skipper arrivera-t-il jamais à prononcer correctement le prénom de leur adversaire? Private prouvera-t-il qu'il n'est pas simplement une mascotte adorable?

Les Pingouins de Madagascar est un film frénétique, qui enchaîne les gags et les scènes d'action avec confiance dès le début, lorsqu'il est question de se moquer des documentaires sur les animaux, avec la voix de Werner Herzog dans le rôle du narrateur en VO. Il est en fait déconseillé de voir ce film en version doublée, puisqu'une grande partie de la réussite du film est liée à ce qu'on entend en anglais: non seulement les voix d'acteurs comme Benedict Cumberbatch ou John Malkovich, qui tient le rôle de Dave, mais aussi des jeux de mots qui sont franchement intraduisibles.

Bien sûr, cela est aussi le grand défaut de ce film très sympathique, certes, mais aussi incapable de se distancer du modèle DreamWorks qui privilégie des doubleurs connus et des jeux verbaux aux éléments visuels et à une histoire solide. On rit comme des fous, mais il est légitime d'espérer que le studio puisse sortir des films qui soient plus dans la lignée de Dragons que celle du Gang des requins.

En savoir plus sur Max Borg

CONCOURS 4 X 2 invitations à gagner pour "Visages d'enfants" au City-Club à Pully

Participer