Critique

La Famille Bélier

 
Critique par |
"Je suis entouré de culs terreux qui croient que Gérard Lenorman est un Normand" assène dans le film le personnage interprété par Eric Elmosnino. Parmi ces culs terreux, je demande la famille Bélier. Le père, la mère et le fils sont sourds muets. La fille, elle, ne l'est pas, et seconde au quotidien ses parents agriculteurs, tant pour les tâches quotidiennes que dans leurs rapports avec les autres. Un quotidien qui se verra chamboulé le jour où son professeur de chant lui découvrira un don. Tiraillée entre son désir de vivre cette nouvelle vie qui s'offre à elle et le sentiment de culpabilité de devoir quitter sa famille, Paula devra faire un choix.
Rien de bien original sous le soleil, et pourtant. Malgré une Karin Viard qui en fait des tonnes (dès sa première scène, son surjeu est insupportable), malgré un propos secondaire d'une lourdeur achevée (le papa sourd-muet se présentera aux élections municipales, parce que oui, les sours-muets sont des gens comme les autres), malgré une mise en scène au ras des pâquerettes (hormis la séquence finale qui sort clairement du lot), malgré tout cela, donc, le film emporte l'adhésion. Grâce aux dialogues, très réussis, grâce à Eric Elmosnino, qui campe un professeur de chant au passé trouble qui mérite à lui seul le déplacement, grâce au naturel de l'ex-Voiceuse Louane Emera. Mais surtout, grâce à l'absence absolue de cynisme et de second degré qui pullulent et polluent nos vies au quotidien. Une histoire simple, humaine, qui tisse des relations dénuées de toute fausseté, telle est la clé de la réussite de La famille Bélier.
Et l'émotion de nous emporter par surprise lors des dix dernières minutes, sans maniérisme, sans gros sabots, sans volonté de tirer les larmes des spectateurs, mais au contraire par la seule force de son scénario (l'audition dans les locaux de Radio France) et de sa mise en scène (la course finale de Paula). Jusqu'à l'ultime plan du film, d'un optimisme galvanisant, qui contribue à faire de La famille Bélier une oeuvre certes bancale, mais indéniablement attachante. Très attachante.

En savoir plus sur Laurent Scherlen