Critique

Les âmes noires

 
Critique par |

POUR

Avec son troisième long métrage, Francesco Munzi se plonge dans le milieu de la mafia. Grâce à un drame familial très fort, il s'intéresse à la personnalité de ces gangsters plutôt qu'à leur faits et gestes. Autant dire que le réalisateur ne cherche pas l'effet graphique  dans des combats physiques, mais la psychologie dans des situations bien plus violentes que des geysers de sang. Il confronte la fougue et l'égocentrisme de la jeune génération à l'expérience et au désenchantement de l'ancienne. Du coup on constate que la mafia elle-même peut servir à faire le portrait de toute une société.

Anime Nere montre parfaitement que tout groupe humain (ici la mafia représentée par deux clans familiaux) finit par sombrer, à cause de traditions rigides érigées en lois et d'une soif de pouvoir individuelle qui annihile totalement la notion de groupe, ou encore plus radicalement, de vivre ensemble. Le film met aussi judicieusement l'accent sur l'aspect dictatorial de ce genre de cercle qui refuse que l'on s'oppose à lui.

A travers la figure d'un frère qui a quitté le monde du crime pour devenir berger, Munzi, appuyé par ces co-scnaristes Maurizio Braucci et Fabrizio Ruggirello, ainsi que par Gioacchino Criaco, auteur du livre dont le film est inspiré, parvient à toucher un des coeurs du problème mafieu: quoique l'on fasse, on ne peut jamais vraiment quitter l'organisation. Et par l'image d'un fils fasciné par le monde brutal de ses oncles, le cinéaste met le doigt sur un problème d'actualité: l'attrait de beaucoup de jeunes pour la violence. Tellement désorientée et en marque total de repère, cette génération dépeinte par Munzi a sombré dans une philosophie dangereuse qui veut que celui qui n'appartient pas au clan ne mérite pas de vivre. Bien sûr ce n'est pas nouveau. De tout temps, l'être humain a fait preuve de cette méfiance envers l'autre et Anime Nere fait l'amer constat que l'évolution, à ce niveau, a beaucoup de plomb dans l'aile.

Mais le film ne se veut pas l'avocat du diable et aborde à juste escient la résistance de certains face à cette dictature et à la tolérance de celle-ci par les autorités dites officielles. Bénéficiant d'une mise en scène sobre et efficace, et d'une superbe photographie, Anime Nere représente une excellente surprise à ranger en bonne place dans la catégorie très riche des films de gangsters.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

Dans le même sujet...

 

Les âmes noires

Critique par |