Critique

Balade entre les tombes

 
Critique par |
Adapté du roman La balade entre les tombes de Lawrence Block, le film de Scott Frank (scénariste de Hors d'atteinte, co-scénariste de Minority Report) échoue malheureusement à atteindre son but, restant en permanence à la surface d'un sujet qui pouvait pourtant donner lieu à une oeuvre véritablement crépusculaire et mélancolique. Cette mélancolie affleure bien dans chaque photogramme du film (une parenthèse d'accalmie pour le nouvel action hero Liam Neeson) mais le long-métrage échoue à la rendre véritablement prégnante et palpable. Entre drame fondateur (terrible scène de flash back) et enquête classique, Balade entre les tombes s'échine ainsi à installer une atmosphère lourde et désespérée, mais n'y parvient véritablement jamais, le volet enquête du film prenant ainsi trop le pas sur le fond du sujet: la tentative de rédemption d'un homme et son désenchantement face à un monde dans lequel il n'est plus qu'un fantôme errant (le titre du film étant à ce titre symbolique de l'état du personnage principal).
Balade entre les tombes, film de mort-vivant ? Sans aucun doute sur le papier, beaucoup moins à l'image, le film étant en outre parasité par la relation qu'entretient le héros avec un gamin des rues auprès duquel il tente de se racheter. Le cliché n'est pas loin, l'erreur scénaristique flagrante. Cependant, le film parvient à se racheter une conduite lors de sa séquence inaugurale, à la violence sèche et inattendue, à un montage bienheureux loin du tempo trop classique et linéaire infusant 95% de la production cinématographique actuelle, et un plan final qui, enfin, fait ressentir et suinter du cadre la mélancolie d'une société en pleine déliquescence. Ou quand le World Trade Center se fait l'écho de la perte d'humanité d'un monde qui, comme le rappelait le personnage de Morgan Freeman à la fin de Se7en, mérite pourtant que l'on se batte pour lui.

En savoir plus sur Laurent Scherlen

CONCOURS Gagnez un DVD ou un blu-ray disc de "VICE"

Participer