Critique

Lou! Journal infime

 
Critique par |

Surfant sur le succès de sa BD, Julien Neel s'essaie lamentablement à l'adaptation cinématographique. Son premier long métrage a le don d'énerver furieusement tout spectateur qui n'entre pas dans ses délires poético-sentimentalo-geeko-existentiels et sa vision de la gent féminine qui laisse pantois de consternation.

Déjà, on a droit à une esthétique pénible qui mélange les époques, tics récurrent dans les adaptations de BD, en exagérant les couleurs chaudes (ne fait pas Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain qui veut), dans une indigestion de nostalgie à deux centimes.

On aura jamais vu Ludivine Sagnier et Nathalie Baye dans une telle galère, si bien que l'on a pitié d'elles, en se demandant comment elles se sont retrouvées là-dedans. La réponse ne vient pas, malheureusement.

Ce film est un catalogue de portraits féminins plus proches de la pétasse bobo que de la femme actuelle, ou du moins on espère que les filles d'aujourd'hui ne sont pas à l'image de cette galerie de nunuches qui ont des idées concernant les garçons plus que douteuses et en tout cas exemptes de toute pertinence.

Et pour couronner le tout, l'humour ne fait jamais mouche, malgré ses nombreuses tentatives, toutes plus vaines les unes que les autres.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagnez un pack de goodies pour "Goldfinch"

Participer