Critique

Der Goalie bin ig

 
Critique par |

Fort de son succès outre-Sarine, récompensé par quatre Quartz, Der Goalie bin ig arrive sur les écrans romands. Retour dans les années huitante, dans les rues de Schummertal, petite ville de la région bernoise. Ernst vient de passer une année en prison. Sa démarche chancelante et mal assurée est trompeuse puisqu'il est bien déterminé à recommencer sa vie, cette fois-ci dépourvue de toute magouille. Rester « clean » et fonder une famille, peut-être avec Regula, serveuse du bar dans lequel il passe le plus clair de son temps. Dans ces rues, Goalie est chez lui et peu lui importe le jugement des autres. Mais ses désirs de changement ne vont pas être exaucés sans difficultés car l'attrait du gain facile est toujours présent et ce n'est pas son meilleur ami Ueli qui va l'aider à s'éloigner du droit chemin. Pourtant, on ne surnomme pas Ernst « Goalie » pour rien : le trentenaire est obstiné et a appris à encaisser coup sur coup sans fléchir.

En adaptant le livre éponyme de Pedro Lenz, Sabine Boss réalise une comédie mélodramatique qui sonne juste. Le rôle du loser permanent sied parfaitement à l'acteur Marcus Signer qui incarne avec brio ce personnage à fleur de peau très attachant. Sans être pesants, les flash backs nous content épisodes de l'enfance de Goalie, amenant ainsi de la profondeur à ce anti-héros helvétique. Même si par moments certaines scènes tirent en longueur, le choix des acteurs et l'efficacité des dialogues s'accordent pour nous faire passer un très bon moment de cinéma. Reste à savoir si cette fiction en dialecte bernois saura convaincre le public romand.

En savoir plus sur Jeanne Rohner

CONCOURS Gagnez des goodies et des places pour aller voir le film

Participer