Critique

Les Trois frères, le retour

 
Critique par |

On va tout lire concernant le retour des Inconnus au cinéma: film de génération qui ne plaira qu'aux fans de la première heure et autres sottises qui fleurissent sur les réseaux asociaux comme de la mauvaise herbe. Il n'en est rien, car l'humour du trio n'a pas pris une ride. On est très loin des jérémiades générées uniquement par une nostalgie plus proche de la sensiblerie que du souvenir.

On retrouve donc les frères Latour, toujours hantés par une mère inconnue qui leur aura bien pourri la vie. Cette fois, ils doivent s'acquitter des dettes que leur génitrice  doit à sa maison de production. En gros, le peu d'argent que les disques de cette artiste ont rapporté doivent servir à couvrir d'obscurs frais. Et les revoilà obligés une fois encore de s'associer dans la dèche financière.

Dès lors, on a droit à une peinture au vitriol de la société actuelle qui s'amuse à écraser les plus petits en prônant l'égoïsme le plus outrancier pour réussir, bref ce que l'on appelle trop gentiment le libéralisme qui n'est autre qu'une dictature de l'argent. Les gags s'enchaînent dans une parfaite cohérence, sans être juste alignés les uns aux autres, formant ainsi un récit qui tient très bien la route. On a droit à un vrai scénario et une vraie écriture de personnages, car c'est avant tout sur eux que repose l'entreprise remarquablement réussie.

On rit souvent de bon coeur, sans arrière pensée, car l'humour est ici non seulement divertissant, mais pertinent et savamment dosé. Rien n'est forcé comme on a beaucoup trop tendance à le voir de plus en plus. Un film ne se résume pas à des idées et des recettes préétablies comme c'est le cas dans nombre de produits sans âme qui ne sont qu'une vitrine à dispenser un marketing qui n'a de ridicule que l'inutilité la plus complète. Les Inconnus l'ont parfaitement compris et nous invitent à de très agréables retrouvailles, en très sympathique compagnie.

En savoir plus sur Remy Dewarrat