Critique

Hunger Games - L'embrasement

 
Critique par |

POUR

Le premier opus, sorti il y a un peu plus d'une année et demie, avait conquis une partie du grand public mais pas forcément la critique.

Avec ses longueurs scénaristiques, son manque d'approfondissement dramatique et sa caméra parkinsonienne lors des scènes d'action, Hunger Games premier du nom avait tout pour déplaire. Et ce fut une réelle déception car l'attente était à son comble pour découvrir si Hollywood avait trouvé LA nouvelle bonne adaptation d'une saga romanesque après Harry Potter et Twillight, vu la plantée au box office de Narnia et La Boussole d'or.

Depuis quelques mois, la production annonce à grands fracas la suite de Hunger Games, titrée L'embrasement. Et elle avait raison. Si certains vont trouver la première partie de ce nouvel opus longue et très bavarde, c'est comme si les scénaristes avaient voulu reposer les bases et relancer la dramaturgie qui manquait dans le premier opus.

On retrouve donc Katniss et Peeta qui ont survécu aux premiers Hunger Games. Leur exemple encourage le peuple opprimé des districts à se rebeller contre le régime. Mais le président Snow change brusquement les règles et oblige tous les vainqueurs des Hunger Games précédents à s’affronter une fois encore dans les prochains jeux. Katniss et Peeta sont aussi envoyés dans l'arène et doivent de nouveau lutter pour survivre...

Pour ce nouvel opus, la production a choisi le réalisateur austro-américain qui a fait ses preuves sur Je suis une Légende et De l'eau pour les éléphants, Francis Lawrence. Réalisateur qui s'occupera aussi de la troisième partie qui sera scindée en deux.

Si la première heure du métrage explique et nous montre les conséquences du succès de Katniss et Peeta suite aux premiers jeux de la mort, les deuxièmes Hunger Games, dans une fôret tropicale, vont en déboussoler plus d'un(e) côté action.

Bonne surprise donc pour ce nouvel opus qui va réellement décoller et prouver que Hunger Games a toutes ses chances cinématographiques pour sa suite et fin. Preuve en est le démarrage phénoménal aux USA avec plus de 150 millions d'entrées la première semaine d'exploitation.

En savoir plus sur Jean-Marc Detrey

Dans le même sujet...

 

Hunger Games - L'embrasement

Critique par |