Critique

Prisoners

 
Critique par |

POUR

C'est en 2011 que le réalisateur québécois Denis Villeneuve se fait grandement remarquer par son long-métrage Incendies. Auréolé du César pour le Meilleur film étranger, le cinéaste revient en force.

Après quelques divergences quant au casting, il a finalement été validé à la fin de l'année dernière. Parallèlement à Prisoners, l'acteur Jack Gyllenhaal a collaboré sur un autre projet de Denis Villeneuve. Celui-ci a d'ailleurs été projeté dans plusieurs festivals internationaux, et sera certainement prévu dans nos salles courant 2014.

En plus de l'excellente performance des protagonistes, le compositeur islandais Jóhann Jóhannsson a su rendre la bande originale encore plus sombre. Amenant ainsi une musique lisse et froide, il s'est permis d'utiliser deux instruments moins connus du large public. Il a ainsi osé faire un mélange particulier entre l'ancêtre du synthétiseur que sont les ondes Martenot, et un cristal Baschet, instrument qui produit des sons à partir de vibrations de cylindres de verres.

Avec son scénario, Prisoners traite d'un sujet sensible ainsi que la réaction de tout un chacun pourrait avoir : protéger sa famille coûte que coûte. Le seul éventuel petit défaut de ce film est qu'il peut être parfois un peu long. Mais il reste d'une dignité humaine admirable et d'un réalisme frôlant une situation qui aurait pu être vécue par quelqu'un. Au final, le métrage crée une ambiance à la fois glauque et sombre, mais sans aborder les clichés sur la disparition d'enfants.

En savoir plus sur Laurent Billeter

Dans le même sujet...

 

Prisoners

Critique par |

CONCOURS Gagnez des places pour voir Greenland

Participer