Critique

Gloria

 
Critique par |

Attention, on ne parle pas ici du film de John Cassavetes avec Gena Rowlands, mais d'une comédie chilienne qui, après avoir remporté le prix de la meilleure actrice lors de la Berlinale, a capturé l'attention du public suisse dans le cadre d'une avant-première open air à Locarno, sur l'écran de la Piazza Grande.

Qui est Gloria (Paulina García)? C'est une femme de 58 ans, divorcée, qui ne veut pas rester seule. C'est pourquoi elle passe ses nuits dans des fêtes pour célibataires, à la recherche du bonheur et du plaisir, même si ce n'est que pour quelques heures. C'est lors d'une de ces fêtes qu'elle fait la connaissance de Rodolfo (Sergio Hernández), et commence à se poser la question: aurait-elle finalement trouvé son prince charmant, quoique sexagénaire?

Le cinéaste Sebastián Lelio, qui était déjà passé à Locarno avec un film plus engagé, El año del tigre, s'attaque ici au genre de la comédie, plus léger, mais garde son approche rigoureuse en construisant les personnages. Il aborde ainsi un thème pas exactement inédit, à savoir l'amour et le sexe après la cinquantaine, mais avec plus de sincérité que Nancy Meyers ou Nora Ephron. Ceci est particulièrement remarquable en ce qui concerne l'utilisation de la musique, notamment le célèbre morceau Gloria d'Umberto Tozzi, chanté en espagnol, qui complète, sans la banaliser, la prestation magnifique de Paulina García. Chapeau! 

En savoir plus sur Max Borg

CONCOURS 4 X 2 invitations à gagner pour "Visages d'enfants" au City-Club à Pully

Participer