Critique

L'expérience Blocher

 
Critique par |

Est-il possible de faire un film sur un personnage aussi controversé que Christoph Blocher sans le transformer soit en démon, soit en victime mécomprise? C'est la question centrale de L'expérience Blocher, le documentaire de Jean-Stéphane Bron qui déjà avant sa première mondiale au Festival de Locarno avait fait la une des journaux et s'était retrouvé attaqué, d'un côté ou l'autre, en raison de son sujet: Blocher, sa relation personnelle et médiatique avec le peuple suisse et ses actions pendant la campagne électorale de 2011.

C'est cet événement-là qui est l'élément-clé de la structure dramatique de L'expérience Blocher: il y a des scènes tournées dans la maison du politicien, ainsi que des images d'archives qui nous montrent son évolution au sein de l'UDC et du Conseil Fédéral, mais pendant la plupart du temps Blocher reste dans sa voiture. Il prépare des discours, il planifie des meetings par téléphone, il demande des conseils à son épouse, qui ne le quitte jamais pendant ces voyages. Bron, assis en face, n'intervient presque jamais, il se limite à observer. Son point de vue, qui restera objectif tout au long du film, s'exprime par la suite à travers une voix over, qui reproduit les conversations tenues en allemand avec Blocher, sans interprétations personnelles ou critiques. 

L'expérience Blocher est un voyage, un document, un portrait, une oeuvre exceptionnelle. Bron se sert de l'outil cinématographique pour s'approcher d'un "monstre" et nous faire vivre le quotidien d'un être humain, controversé, certes, mais toujours humain. Ceci n'est pas seulement un documentaire, c'est une véritable expérience filmique, intense, touchante et même drôle. Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, on comprend que Blocher est, avant tout, un homme, avec ses ambitions, ses failles et un certain charme. Bref, un vrai (anti)héros de cinéma!

En savoir plus sur Max Borg

CONCOURS Gagner 2 places pour aller voir ça

Participer