Critique

The Place beyond the Pines

 
Critique par |

En 2010, tout en ayant séduit les fidèles du Festival de Cannes et décroché, par la suite, une nomination aux Oscars pour la prestation majeure de Michelle Williams, le très beau drame familial Blue Valentine est resté inédit dans les salles romandes. Ce n'est pas le cas, heureusement, pour le nouveau film de Derek Cianfrance, The Place Beyond the Pines, qui bénéficie surtout, au niveau commercial, du star power de Ryan Gosling et Bradley Cooper.

Gosling incarne un motard qui, après avoir découvert qu'il a eu un enfant avec une ancienne conquête (Eva Mendes), décide d'améliorer, du point de vue financier, la situation de sa "famille". Pour cela, il devient braqueur, et son chemin finit par croiser celui du policier Avery (Cooper). Leur rencontre aura des conséquences non seulement pour les deux hommes, mais aussi pour la génération suivante.

S'inscrivant dans un genre plus classique par rapport à son prédécesseur, The Place Beyond the Pines est plus ambitieux et globalement moins surprenant que Blue Valentine, sans pour autant renoncer à la puissance émotionnelle qui caractérise la mise en scène de Cianfrance, un excellent directeur d'acteurs et explorateur de l'espace cinématographique. Le titre du film, plutôt étrange et poétique, est d'ailleurs une référence à la ville de Schenectady (New York), où se déroule l'action, comme pour montrer que la ville a droit au statut de personnage, qui participe activement aux événements tragiques qui unissent Luke et Avery. Et si Gosling et Coopersont désormais une garantie de qualité, une mention spéciale est nécéssaire pour l'acteur australien Ben Mendelsohn (Animal Kingdom), drôle et émouvant en tant que mentor criminel de Luke, et Ray Liotta, qui domine avec Cooper la partie la plus complexe et fascinante du récit.

En savoir plus sur Max Borg

CONCOURS Gagnez un pack de goodies pour "Goldfinch"

Participer