Critique

G.I. Joe : Conspiration

 
Critique par |

Malgré l'avis critique plutôt négatif et les recettes décevantes, G.I. Joe - Le réveil du Cobra a eu droit à une suite, vraisemblablement en raison de la popularité des nouveaux jouets liés à la sortie du film. Le deuxième volet a pourtant été marqué à priori par une mauvaise réputation, en partie pour son lien avec le premier épisode, en partie à cause de la décision de Paramount de repousser la sortie de juin 2012 à mars 2013 pour convertir le film en 3D, et ceci dans le but de gagner un peu plus d'argent au box office. En plus, il paraît que des projections test avec le public ciblé n'avaient pas eu beaucoup de succès: les spectateurs se seraient plaints parce que Duke (Channing Tatum), héros du volet précédent, n'apparaît que très brièvement dans G.I. Joe: Conspiration.

De nouvelles scènes auraient été ajoutées mais on voit franchement pas la différence: Tatum, en dépit de sa popularité commerciale aux States, cède assez vite la place à Dwayne Johnson, qui doit affronter la revanche de l'organisation terroriste Cobra: ayant pris le contrôle de la Maison Blanche, ils veulent déclencher une guerre nucléaire, mais pas avant avoir tué la quasi totalité des "Joe" et les avoir classés comme traîtres. C'est donc au tour de Roadblock (Johnson) et son petit groupe de survivants de sauver le monde entier.

Officiellement un sequel, cette nouvelle aventure des G.I. Joe aurait pu être un reboot sans aucun problème: l'intrigue du premier volet est largement ignorée, sauf pour un détail ou deux, plusieurs personnages importants ont disparu entre les deux films, d'autres disparaissent en cours de route (Duke et Destro), et ceux qui restent n'ont pas grand-chose à faire. L'important, selon les producteurs, c'est de laisser que Johnson et Bruce Willis, qui campe le rôle du tout premier "Joe", attirent le public qui avait largement ignoré la version de 2009. Or, leur mission n'est pas si simple que ça puisque, mise à part leur présence, G.I. Joe: Conspiration n'est pas très différent de son prédécesseur: récit inintéressant, scènes d'action pour la plupart mal construites, humour à deux balles qui essaye d'assumer les défauts d'écriture. Tout ça, et en plus une conversion en relief de qualité discutable. On craint d'ores et déjà ce qui pourrait se produire au cas où un troisième volet soit approuvé...

En savoir plus sur Max Borg