Critique

Sublimes Créatures

 
Critique par |

"Au secours, un autre Twilight!", s'exclament déjà les spectateurs les plus cyniques. Pas si étonnant que ça, puisqu'il y a, en effet, des points communs entre Beautiful Creatures et la défuncte saga de vampires créée par Stephenie Meyer: il s'agit, dans le deux cas, d'adaptations de romans pour jeunes adultes, produites par le même studio (Summit Entertainment), et ça parle d'une histoire d'amour entre adolescents, dont l'un n'est pas tout à fait humain. Mais c'est aussi là que s'arrête toute ressemblance.

Tout d'abord, il n'est pas questions de vampires, mais de sorciers: le jeune Ethan (Alden Ehrenreich) apprend en fait que sa dulcinée, Lena Duchannes (Alice Englert, fille de Jane Campion), n'est que la dernière d'une longue lignée d'Enchanteresses, et qu'elle devra faire un choix, le jour de son seizième anniversaire, entre la lumière et les ténèbres. Du coup, différents membres de sa famille (Jeremy Irons, Emmy Rossum) essayent de la convaincre de faire le bon choix, et lorsque le jour fatidique s'approche, il s'avère qu'Ethan pourrait être l'élément décisif...

L'intrigue est certes facile à deviner, mais contrairement à Twilight il n'y a aucune tournure qui frôle le ridicule, et toute utilisation d'humour est strictement volontaire. Le couple principal est aussi beaucoup plus crédible, et les effets visuels plus aboutis. Hélas, il semble que les trois autres volumes du Livre des lunes risquent de rester sans adaptation cinématographique, en raison des recettes peu encourageantes du premier volet, du moins pour l'instant. Dommage, parce qu'un deuxième épisode avec Lena et Ethan serait vraisemblablement bien plus intéressant que les cinq Twilight mis ensemble.

En savoir plus sur Max Borg

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir le film

Participer

CONCOURS Gagnez un DVD ou un blu-ray disc

Participer