Critique

Gangster Squad

 
Critique par |

Zombieland: inédit dans les salles suisses romandes, si on exclut des séances spéciales. Même discours pour 30 Minutes Maximum. Il semblait que Ruben Fleischer serait destiné à démeurer invisible pour ce qui concerne le spectateur lambda dans les régions francophones de notre pays. Mais non, ce n'est pas le cas: voilà que son troisième long-métrage, Gangster Squad, a lui aussi droit à une sortie traditionnelle chez nous. La raison, vraisemblablement, est liée au côté "grand public" du film, moins facile à identifier dans les autres oeuvres de Fleischer.

Récit plutôt fictionnel mais tiré d'une histoire vraie, Gangster Squad est l'histoire de Mickey Cohen (Sean Penn), caïd de Chicago qui s'imposa comme "roi" de Los Angeles, et l'équipe policière clandestine qui essaye de retablir l'ordre en s'opposant directement aux activités de Cohen. Pas facile lorsque ce travail peut avoir des repercussions graves non seulement pour ces hommes courageux (Josh Brolin, Ryan Gosling, Robert Patrick, Giovanni Ribisi), mais aussi pour leurs familles. Pour Jerry Wooters (Gosling), la situation se complique encore plus, puisqu'il a eu l'idée géniale de séduire Grace Faraday (Emma Stone), la compagne de son ennemi.

Le modèle, plus ou moins explicite, de Gangster Squad est bien sûr Les incorruptibles de Brian De Palma, avec un scénario moins brillant, plus de sang et une certaine contamination avec l'esthétique du Western. C'est d'ailleurs la violence du film qui lui a posé des problèmes avant la sortie: une séquence, située dans une salle de cinéma et visible dans la bande-annonce, a été enlevée suite aux événements tragiques de l'été dernier au Colorado et remplacée par une scène qui se déroule à Chinatown. Une modification qui ne change pas radicalement l'enjeu principal: l'excès, qu'il s'agisse des tueries ou du jeu histrionique de Sean Penn, maquillé comme Al Pacino dans Dick Tracy.

Est-ce que ce film ajoute quelque chose de nouveau au genre? Pas spécialement, mais ça reste un sympathique exercice de style, idéal pour une soirée action entre amis.

En savoir plus sur Max Borg