Critique

Shadow Dancer

 
Critique par |

Applaudi au Sundance et à la Berlinale en 2012, Shadow Dancer arrive enfin dans nos salles. Ce thriller politique marque le retour au cinéma de fiction du cinéaste James Marsh, plus connu comme documentariste, notamment dans le cas de Man on Wire, pour lequel il a obtenu un Oscar.

L'intrigue se focalise sur la relation tendue entre Collette (Andrea Riseborough) et Mac (Clive Owen): elle, jeune veuve, vit à Belfast avec sa famille, fortement impliquée dans l'IRA; lui, agent du MI5, essaye depuis longtemps d'arrêter les deux frères de Collette (Aidan Gillen et Domnhall Gleeson). Il lui offre donc un choix: soit elle espionne sa propre famille, soit elle passera 25 ans en prison. Elle acceptre de travailler pour lui, et se retrouve ainsi au milieu d'une tempête politique et familiale.

Manifestement moins à l'aise avec la narration plus classique, Marsh parvient quand même à sonder de manière efficace la psychologie des personnages, et son attention aux détails mène à une excellente reconstruction visuelle de l'Irlande des années 90. Le contexte historique ne sera peut-être pas toujours clair pour les spectateurs non-britanniques, mais le suspense et le drame sont toujours présents. Quant aux acteurs, le visage tourmenté de Riseborough justifie tout seul la vision du film.

En savoir plus sur Max Borg