Critique

Syngué Sabour - Pierre de patience

 
Critique par |

De son propre roman qui se déroulait uniquement dans une pièce entre une femme et son mari devenu comateux à cause d'une balle dans la nuque, Atiq Rahimi tire un film qui suit son héroïne dans ses moindres déplacements. Certains admirateurs du livre crieront au scandale, mais  ce parti pris cinématographique n'enlève rien à la puissance du contenu de l'oeuvre. Secondé par l'un des meilleurs scénaristes vivants, Jean-Claude Carrière, Atiq Rahimi signe un long métrage extrêmement fort qui marque l'esprit et l'âme durablement.

A travers son personnage principal, une très belle jeune femme, il fait un état des lieux de l'Afghanistan des Talibans. Profitant de l'impotence de son vieux mari, elle lui fait part de ses pensées à haute voix et sans aucune concession, mettant le doigt sur l'hypocrisie qui régit leurs existences respectives et sur les obstacles traditionnels qui ne cessent de se contredire. Il en ressort que cette femme de condition modeste devrait faire preuve d'une abnégation totale au détriment de sa propre personnalité. Et on ne peut pas l'accuser de lâcheté, car elle n'as pas vraiment le choix pour s'exprimer ouvertement.

Dans ce film, la guerre n'a pas lieu qu'au sein d'un couple, elle rôde alentours et quand elle frappe à la porte de cette famille en détresse, la mère de famille ment pour se protéger. Afin d'éviter le viol, elle se fait passer pour une prostituée auprès de deux Talibans. Le lendemain, le plus jeune des deux revient avec de l'argent. Elle se retrouve avec un nouveau confident et un amant débutant. Par rapport à son couple, sa situation s'inverse et c'est elle qui devient le mentor de cette nouvelle relation.

Pierre de patience repose sur les épaules d'une comédienne iranienne magnifique Golshifteh Farahani. Elle est sublime à la fois dans la résignation ou la colère, mais aussi quand elle fait preuve de maternité ou de tendresse. Photographié par Thierry Arbogast, Pierre de patience bénéficie du concours d'un cadreur sachant parler perse, car Atiq Rahimi élabore les mouvements de caméra de sa mise en scène en fonction de la musicalité de cette magnifique langue. Cette merveille brute et poétique prouve que le cinéma qui se crée dans cette partie du monde en perpétuel conflit possède une force de caractère exceptionnelle.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagne un DVD ou bluray de Bohemian Rapsody

Participer