Critique

Image Problem

 
Critique par |

La Suisse a-t-elle un problème d’image ? Oui, et on n’a qu’à regarder une production américaine comme Le dernier rempart pour en avoir la preuve : entre fusillades et bastons, il y a bien une blague sur la corruption et les comptes bancaires helvétiques. C’est justement ce genre de chose qu’Image Problem était censé améliorer. Or, cela n’a pas vraiment été le cas, comme ont déjà pu constater ceux qui ont découvert le film au dernier festival de Locarno, où ce documentaire a été présenté dans le cadre de la compétition principale.

Le pitch : pour restaurer la réputation de leur pays, les cinéastes Andreas Pfiffner et Simon Baumann décident de tourner un film qui puisse mettre en évidence les meilleures qualités de la Suisse, tout en abordant les clichés les plus répandus, qui font l’objet de moqueries à l’étranger. Pour cela, ils passent une année entière à interviewer plusieurs personnes, des fermiers aux fonctionnaires, pour savoir qu’est-ce qui rend la Suisse un grand pays. Le résultat : les questions qu’ils posent font plus de dégâts que prévu, puisque les réponses révèlent le côté moins charmant des gens…

S’inspirant de Sacha Baron Cohen et de son Borat, les deux cinéastes construisent une satire qui a pour cibles à la fois les préjugés de la population suisse et la pratique du documentaire « pour touristes » tel que celui qu’ils prétendent être en train de tourner. Certes, cette pratique n’est pas tout à fait cohérente sur le plan éthique, et l’image qu’ils donnent du pays est bien sûr partielle, puisqu’ils n’ont visité que certaines régions de la Suisse alémanique. Toutefois, si on tient compte du second degré et on approche Image Problem non pas comme un vrai documentaire, mais comme une parodie du genre, le résultat est assez agréable et rigolo. Il faudra juste espérer qu’on ne le prenne pas au sérieux à l’étranger… 

En savoir plus sur Max Borg