Critique

Le Magasin des suicides

 
Critique par |

Le magasin des suicides, un titre qui pique la curiosité, surtout quand il s’agit du dernier métrage de Patrice Leconte, en l’occurrence cette fois-ci de son premier film d’animation. Partir du roman éponyme de Jean Teulé pour se lancer dans cette aventure peut se révéler être une prise de risque quand on connaît ce que cache l’intitulé. En effet, Leconte découvre les possibilités du film d’animation en s’inspirant d’un succès de librairie qui dépeint un monde où règne une telle désolation que les pigeons eux-même préfèrent en finir avec la vie. Le magasin de la famille Tuvache prospère grâce à ses articles destinés aux citadins aux penchants suicidaires. Envie d’une mort lente ou rapide, brutale ou en douceur ? La boutique, dont la devise est « mort ou remboursé », regorge de petites fioles de poison de toutes les couleurs, de cordes pour tous les cous, et autres moyens de se supprimer. Mais ce commerce de la mort va être bouleversé à la naissance du petit dernier des Tuvache, incarnation d’une joie de vivre très embarrassante pour la sinistre famille. 

Le film part donc d’une idée pour le moins originale dont la traduction sous forme d’animation se prête à priori très bien, en ce qu’elle ne place aucune limite à l’imagination. Visuellement, on est bluffé par le rendu de l’atmosphère glauque de la ville et par une belle palette de personnages aux traits et au caractère très justement dépeints. En cela, lorsque Mme Tuvache, en bonne commerçante, conseille des clients désespérés, vantant le dernier poison à la mode ou la corde la plus fiable, c’est un florilège de personnalités incroyables qui défile dans la boutique. Or, bien qu’esthétiquement réussi, le fim exploite mal une idée qui aurait pu donner matière à un scénario un peu plus fou. Le ton subtil du début, en complet décalage, ne perdure malheureusement pas, et laisse peu à peu place à une ambiance pesante qu’alternent des chansons aux paroles sans intérêt. Après une scène de clôture décevante, reste l’impression que le cinéaste a manqué l’occasion de vraiment nous surprendre.

En savoir plus sur Jeanne Rohner

CONCOURS Gagnez des goodies et des places pour aller voir le film

Participer