Critique

David et Madame Hansen

 
Critique par |

Pour qui s’attendait à une suite sur grand écran de Kaamelott ou à une comédie sur le même ton, l’histoire qu’Alexandre Astier décide ici de nous conter peut paraître curieuse. Mais le sujet a beau être grave, le tout est alambiqué avec beaucoup de finesse et d’humour. Astier y campe David, un ergothérapeute français, qui vient d’être engagé dans une clinique suisse. Celui-ci se trouve un peu isolé dans cet environnement qui lui est nouveau. Le directeur de l’institution lui demande un jour d’accompagner en ville une patiente, Mme Hansen-Bergman, le temps d’une journée. Une journée qui va quelque peu se prolonger dans un road trip familial de l’autre côté de la frontière.

Quelques lenteurs sont certes à noter – le flash back final qui n’en finit pas – et le scénario est un brin prévisible mais le résultat est séduisant, nous prouvant à nouveau les talents multiples d’Astier qui porte à nouveau plusieurs casquettes sur ce projet. Celui-ci dirige tout de même l’iconique Isabelle Adjani, toujours impeccable dans un rôle sur mesure, et ne peut s’empêcher de lui donner la réplique, pour une alchimie plutôt réussie. Le décalage qui s’opère dans le face-à-face entre les deux protagonistes est dépeint avec brio, David dans la simplicité et le naturel, Mme Hansen dans l’effronterie. Ainsi on note de très bonnes scènes de duel où l’énigmatique patiente envoie des piques cinglantes à son ergothérapeute, ce qui nous la rend tout aussi détestable qu’attachante. Le suspense est distillé par touches au gré des étapes de ce road movie un peu fou, soutenu par une musique aux notes enivrantes, orchestrée évidemment par Astier lui-même. La sincérité de l’ensemble fait de ce premier long métrage une jolie surprise en cette rentrée cinématographique.

En savoir plus sur Jeanne Rohner

CONCOURS Gagnez un set de goodies du film et 2 places

Participer

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir le film

Participer