Critique

Chronique d'une mort oubliée

 
Critique par |

Ce documentaire revient, à tête reposée et par le biais d'interviews et de quelques images qui pourraient choquer la sensibilité de certains, sur un fait divers qui avait défrayé la presse en 2005: la découverte d'un cadavre, plus de deux ans après sa mort dans son appartement de la cité de Calvin.

De prime abord, basiquement, c'est choquant. Choquant de découvrir un homme momifié ou ses restes, là au milieu de la vermine dans son salon ou son lit.

Mais à vrais dire, si on fait abstraction de la mort et de cette vision putride d'un cadavre en décomposition, le plus choquant c'est d'apprendre comment on a pu en arriver à ce point au vingt-et-unième siècle.

Un homme esseulé, alcoolique et malade, peut être pas facile à vivre, mais dont personne ne s'occupe. Des instances qui envoient des rappels de payements et coupent les prestations sans s'inquiéter du sort de la personne. Le postier qui rempli la boîte aux lettre jusqu'à débordement sans se soucier s'il n 'y a pas un problème. Même l'odeur pestilentielle n'as pas attiré l'attention du concierge de l'immeuble.

La faute à qui ? À quoi ? Eh bien simplement à notre société actuelle où tout est argent, stress, performance et nombrilisme. Voilà ce qui est triste et choquant dans cette histoire. Et ce n'est malheureusement pas un cas unique.

Emotionnellement lourd, le film de Pierre Morath, nous amène à nous poser des questions sur notre vie actuelle et notre rapport à l'autre. A l'heure d'internet et de cette vie de fou que nous menons, ne devrions nous pas nous "ré-humaniser" un peu, aller à la rencontre de l'autre, s'y 'intéresser et le soutenir si nécessaire, même si cela ne nous fait pas toujours plaisir ?

Alors, à ce moment là, un documentaire de ce genre, aussi bien fait soit-il, n'aura surement plus sa raison d'être...

En savoir plus sur Jean-Marc Detrey