Critique

Total Recall Mémoires Programmées

 
Critique par |

Aussi longtemps que les dirigeants des studios hollywoodiens ne remettront pas à leur juste place les artistes du cinéma, on aura droit à des produits de plus en plus aseptisés, lisses et sans saveur, faits uniquement pour satisfaire les soit-disant besoins d'une minorité, une certaine jeunesse qui ne considère cet art majeur que pour du divertissement, autant dire un vulgaire passe-temps. Pour preuve , alors que ce nouveau remake débarque sur nos écrans, on nous annonce une nouvelle version de l'une des pires choses venues des USA, L'Aube rouge. Et même pire, cette manière de faire très paresseuse favorise le sectarisme en n'offrant plus que des productions ciblées. Ce n'est pas une poignée de "geeks", qu'ils soient créateurs ou spectateurs, qui va redonner ses heures de gloire à La Mecque du Septième Art.

Ici, la recette est d'une simplicité déconcertante: on refait le film de Paul Verhoeven dans le fond et on lui donne une patine à la Blade Runner de Ridley Scott, deux oeuvres du même auteur, Philip K. Dick. Alors oui on a droit à un univers visuel sublime signé Patrick Tatopoulos qui joue à merveille sur la verticalité en incluant des escaliers partout. Il fait souvent nuit et il pleut régulièrement comme dans le chef-d'oeuvre de Scott. La construction se résume à un enchaînement de scènes de poursuite et de longues discussions explicatives: cela devient vite lassant et on subit le film sans le vivre, à aucun moment.

On ressort de ce long métrage avec la désagréable impression de l'avoir déjà oublié tellement aucun élément ne sort du lot. C'est le produit d'été typique, un amusement inoffensif et insipide au possible. Toute la richesse de l'oeuvre de K. Dick passe à la trappe pour ne s'attarder que sur l'aspect divertissant de la chose et en cela c'est totalement raté.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagnez un DVD ou un blu-ray disc

Participer