Critique

Holy Motors

 
Critique par |

Heureusement qu'il y a des gens comme Leos Carax pour proposer de temps en temps un cinéma qui n'est pas synonyme que de divertissement, mais avant tout une forme d'art au sens très large du terme.

Après une introduction étrange ayant pour but de nous montrer que la suite de ce que l'on va voir s'inscrit dans la grande tradition du Septième Art, se terminant logiquement dans une salle obscure, le film du réalisateur des Amants du Pont-Neuf nous invite à suivre une journée ordinaire de la vie de Monsieur Oscar, personnage hors norme qui passe par neuf existences en vingt-quatre heures. Il est tour à tour mendiant, tueur, monstre, musicien, père, banquier.

Monsieur Oscar, c'est l'extraordinaire Denis Lavant, le saltimbanque par excellence. Il fait ici des prouesses avec son corps et son visage qui sont mis à rude épreuve suivant ses onze rôles du long métrage. Seul vrai témoin des activités particulières de Monsieur Oscar, son chauffeur de maître, Céline, est interprétée avec une classe folle par Edith Scob et sa voix si particulière.

Les différentes vies de Monsieur Oscar donnent droit à une suite de scènes toutes plus déroutantes les unes que les autres comme ce sublime plan-séquence dans une église avec une troupe d'accordéonistes ou celle où il incarne un acteur de motion capture. Leos Carax nous livre une véritable oeuvre d'art qui invite les autres disciplines artisques dans l'univers du cinéma. On trouve absolument de tout dans ce long métrage inclassable: du spectacle de rue qui exploite à merveille les talents infinis de Denis Lavant dans ce registre, de la musique, de la danse, du théâtre, de l'art graphique, du maquillage sophistiqué et des effets spéciaux visuels. Mais attention, le réalisateur ne tombe pas dans le fourre-tout car son film est un tout qui se tient parfaitement pour autant que l'on se laisse porter par son enthousiasme qui se voit sur l'écran et sa poésie très personnelle.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagne un DVD ou bluray de Bohemian Rapsody

Participer