Critique

2 Days In New York

 
Critique par |

Après un séjour à Paris mouvementé avec son boyfriend américain, Marion et son nouvel ami, Mingus, accueillent cette fois-ci le père, la sœur et son copain (ex de Marion), tous plus déjantés que jamais, dans leur appartement new yorkais.

Julie Delpy, tout comme dans Two Days in Paris, joue à nouveau avec les clichés qui collent à la peau des français mais aussi des américains. Les situations rocambolesques se succèdent et les répliques fusent dans un rythme démentiel et toujours dans ce même style voisin de celui de Woody Allen. Une recette déjà testée lors du premier opus et que la réalisatrice renouvelle dans cette comédie plutôt plaisante bien que sans réelle surprise.

Comme les protagonistes qui, durant leur visite express de New York, se voient brinquebalés de parcs en restaurants, de salon de massage en musées, aucune minute de répit n’est octroyée au spectateur. Une telle cadence pourrait presque nous faire perdre le fil du récit. Le résultat étant qu’on se surprend à pousser – discrètement - un soupir de soulagement à la vue du générique de fin. De plus, les dialogues croustillants du début, plutôt amusants, dérapent vers une vulgarité qui n’apporte rien au portrait déjà très « beauf » que fait Julie Delpy de ses compatriotes.

Mais un ton léger et ironique survole ce joyeux chaos et fait de Two Day in New York une comédie pimentée et séduisante. L’occasion par ailleurs de retrouver Chris Rock, à l’aise en sympathique animateur radio ; la scène de conversation passionnée avec son idole Barack Obama – version figurine en carton – vaut à elle seule le prix du billet.

En savoir plus sur Jeanne Rohner

CONCOURS Gagnez un Bluray ou DVD de Ant-Man et La Guêpe

Participer

CONCOURS Gagnez un t-shirt et des places pour aller voir le film

Participer