Critique

Woody Allen: A Documentary

 
Critique par |

Le parcours de l’auteur de Annie Hall, Manhattan et Bananasnous est conté depuis ses débuts où, déjà ado, le jeune Alan Königsberg se met à écrire des gags pour un journal new yorkais. Puis arrive le jour où celui-ci se retrouve propulsé – littéralement - sur les planches pour jouer ses sketches. Ce sera finalement grâce au producteur Charles Feldman que Woody Allen fera ses premiers pas comme scénariste et comédien. Allen a alors trouvé sa voie, ce sera celle du 7ème Art et elle sera jalonnée de succès.

Les adorateurs du prolifique réalisateur auront plaisir à découvrir des enregistrements de Allen encore novice sur scène ou faisant le clown dans diverses émissions de télévision ; les fans mais aussi les néophytes passeront un bon moment à revoir des scènes légendaires tirées de sa large filmographie. Petite déception quand même en ce qui concerne l’abondance de ses extraits qui alternent avec les témoignages de proches, producteurs, journalistes - sans oublier quelques-unes de ses muses. En effet, tous ces aller-retour finissent par égarer le spectateur qui, bien qu’appréciant revoir la scène du homard de Annie Hall ou le mythique plan de Allen et Keaton roucoulant sous le pont de Brooklyn dans Manhattan, aimerait certainement en apprendre davantage à travers les entretiens avec le cinéaste. Ainsi, les moments plus intimes où Allen s’exprime sur son parcours et son travail, tout en nous faisant visiter sa chambre à coucher qui lui fait aussi office de bureau, sont un peu bâclés. Robert B. Weide frôle même parfois l’oeuvre hagiographique et, à certains moments, on a la désagréable impression de regarder une publicité vantant le génie de l’artiste. Heureusement, le film reprend du rythme dans la dernière partie, alors qu’on a le privilège de s’immiscer sur le tournage de You Will Meet a Tall Dark Stranger(2010). Des moments rarissimes où l’on voit Allen diriger Josh Brolin et Naomi Watts ; on en apprend enfin un peu plus sur sa façon de travailler sur le terrain.

Pari donc à moitié réussi, car on sort tout de même de la salle le sourire aux lèvres, avec en soi une folle envie de revoir l’œuvre incroyable de ce cinéaste à l’imagination débordante. Ceux qui veulent tout savoir sur Woody Allen resteront légèrement frustrés, mais pourront toujours se rabattre sur l’incontournable ouvrage Entretien avec Woody Allen qu’a signé le biographe américain Eric Lax en 2008.

En savoir plus sur Jeanne Rohner

CONCOURS Gagnez un set de goodies du film et 2 places

Participer

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir le film

Participer