Critique

Percy Jackson : Le voleur de foudre

 
Critique par |
Film calibré pour les 12-14 ans, Percy Jackson n’est pas un chef-d’œuvre, loin de là. Malgré son scénario basique et son histoire assez invraisemblable, il se laisse regarder. Surtout grâce à une mise en scène menée tambours battants, des effets spéciaux bien foutus et un humour décalé bienvenu.

Surfant sur la vague des films héroico-fantastique à la Narnia/Eragon, le film est tiré d’une série de livres d'aventure basés sur la mythologie grecque, écrit par Rick Riordan.Percy Jackson revisite le monde des légendes et Dieux Grecs pour en faire une comédie d’action fantastique. Si en voyant la bande annonce, vous pensiez voir un film avec plusieurs niveau de lecture et une recherche intéressante de la mise au goût du jour des contes de la Grèce antique passez votre chemin.

Estampillé ados, le film est vraiment un parc d’attraction à apprécier sans réfléchir. Les dialogues volent au niveau de la jeunesse actuelle et les situations vécues par nos héros durant 2 heures ne le sont pas mieux. Malgré ceci, le film est attirant. S’il fallait oser faire le passage pour l’Olympe au sommet de l’empire State Building, et faire vivre son équipe d’ados demi-Dieux des situation rocambolesques à mi-chemin entre le péplum et la comédie actuelle, c’est que l’histoire fonctionne sur un humour décalé sympathique, même Hadès ne se prend pas au sérieux. Après une présentation du héro et la découverte de son statut, il va entamer avec ses nouveaux amis un roadmovie qui les mènera de Nashville à Hollywood en passant par Las Vegas où ils rencontreront plusieurs créatures connues comme Médusa , incarnée par Uma Thurman, et l’hydre à sept têtes dans des lieux plus qu’improbables.

Il est intéressant de noter qu’ici les têtes d’affiches connues (Pierce Bosnan, Sean Bean, Uma Thurman) jouent les seconds rôles

Apprécié à sa juste valeur, Percy Jackson peut devenir super cool. Mais laissez vraiment votre cerveau au vestiaire du cinéma. Ne loupez pas le dernier gag après 3 minutes de générique à la fin. A bon entendeur…

En savoir plus sur Jean-Marc Detrey