Critique

Shame

 
Critique par |

Le nouveau film de Steve McQueen vaut surtout le détour pour l'interprétation justement couronnée lors du dernier Festival de Venise de Michael Fassbender. Il défend un personnage difficile qui ne cherche jamais l'empathie avec le spectateur. Il incarne la honte du titre de l'œuvre. Shame suit un instant de la vie de Brandon, un trentenaire new-yorkais qui travaille beaucoup et possède les symptômes d'un dépendant sexuel, au moment où il reçoit sa jeune sœur chanteuse de bar pour quelques jours. Il le fait sans enthousiasme car cette visite entrave son quotidien.

Le réalisateur choisit une approche très crue de la maladie, voire clinique. On comprend rapidement qu'elle provoque chez Brandon, une sensation de pouvoir, ce qui lui vaudra un passage à tabac en bonne et du forme quand il essaiera de séduire la femme d'un type dans un bar. Il n'use pas non plus de ce pouvoir de séduction pour satisfaire ses pulsions, il a recourt le plus souvent à des professionnelles ou à la masturbation. Ce qui est fascinant dans ce long métrage, c'est que Brandon se sait malade, comme le montre l'excellente scène rapide où on le voit se débarrasser de toutes sa pornographie dans trois gros sacs à poubelles, ainsi que de son ordinateur portable. Il essaie seul de se soigner, mais rechute très rapidement. Il n'est pas du tout prêt à demander l'aide d'autrui. Focalisé sur sa personne, il ne voit pas non plus que sa sœur est en détresse.

Malheureusement, toute l'intrigue entre Brandon et sa sœur est traitée sous forme de mélodrame et cela ne fonctionne pas très bien avec l'ambiance générale du film, cela lui enlève un peu de sa force. McQueen n'évite pas non plus l'ennui qui finit par s'installer car à force de trop jouer sur la non empathie de son personnage, le spectateur se lasse gentiment de ce qui lui arrive. Mais voilà, malgré ces petits écarts, il y a Michael Fassbender qui captive à lui seul. Cet acteur incroyable possède un talent qui se bonifie à chaque film de façon toujours plus remarquable. Ici, son interprétation laisse sans voix.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

Dans le même sujet...

 

Shame

Critique par |

CONCOURS Gagne un DVD ou bluray de Bohemian Rapsody

Participer