Critique

Mangrove

 
Critique par |

Au bout d’une plage du Pacifique, un chemin fluvial sinueux. Dans le calme et le clapotis des eaux troubles, une jeune femme traverse la mangrove, forêt obscure, lieu étrange où les plus lourds secrets peuvent être ensevelis et oubliés. Mais celle-ci décide de rompre le silence et de déterrer un passé douloureux sous un amas de branches, de terre et de feuilles humides…

Entrée dans un voyage onirique, quelque part sur une côte paradisiaque du Mexique qu’arpente une française dont le destin fut bouleversé des années auparavant sur ce même littoral. De souvenirs en rêves, elle va sillonner des endroits connus, retrouver des personnes aimées, en quête de la vérité. La complexité des émotions est exposée avec sobriété, chaque scène reflétant les tiraillements intérieurs de l’héroïne, au bord du gouffre. Ainsi, la perdition de la jeune femme est palpable dans chaque scène, dans une quête où les réponses, puisées dans son passé, se confondent avec ses tourments émotionnels. Le flou prononcé de certaines images, entre rêve et réalité, intrigue, berce et peut aussi surprendre, au risque parfois de nous égarer.

Emu par la fragilité et la volonté de l’héroïne qu’incarne Vilama Pons avec talent (seule actrice professionnelle de l’aventure), on reste sur la grève, un peu abruti par la violence des émotions. En compétition internationale au Festival du Film de Locarno, ce petit film (de par sa durée !) ne laissera pas indifférent.

En savoir plus sur Jeanne Rohner

CONCOURS Gagnez des goodies et des places pour aller voir le film

Participer