Critique

Blanche Neige et le chasseur

 
Critique par |
Après Blanche Neige (Mirror, Mirror) de Tarsem Sight il y a tout juste deux mois, voici une nouvelle version du conte des frère Grimm, venue tout droit de l'usine à illusion par excellence, Hollywood. Faut-il y voir un signe, mais, contrairement au film avec Julia Roberts, ce Blanche Neige et le chasseur ne comporte pas le nom des deux illustres conteurs à son générique? Là où le réalisateur de The Cell jouait à fond sur la carte de la comédie kitsch avec un grand bonheur, ce premier film de Rupert Sanders mise sur l'action et l'aventure. C'est de la belle ouvrage. On se laisse prendre facilement car on peut aisément trouver de l'empathie dans plusieurs personnages et à tour de rôle. Charlize Theron campe une méchante reine avec conviction même si son prénom téléphoné, Ravenna (raven signifie corbeau en anglais) gâche un peu la surprise du pouvoir qui lui est associé. Les effets spéciaux sont très soignés et divers comme l'intégration des têtes de comédiens connus sur des corps de nains, les nombreux corbeaux qui émaillent le film et les fonds qui servent de décors. Dans les rôles titres, Kirsten Stewart et Chris Hemsworth forment un duo qui fonctionne. Dans l'ensemble, on passe un bon moment, mais on sait que ce ne sera pas le film qui restera dans nos mémoires à la fin de l'année.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagnez un DVD ou un blu-ray disc de "VICE"

Participer