Critique

Rebelle

 
Critique par |

Cela devient pénible d'entendre ça et là que la propriété des films appartient désormais aux studios et non plus à leurs créateurs directs. On parle du nouveau film de Pixar, comme si l'on parlait de la dernière nouveauté de McDonald's sans se rendre compte que l'on enlève toute notion d'oeuvre créative en en parlant comme d'une vulgaire marchandise de consommation. Rebelle de Mark Andrews, Brenda Chapman et Steve Purcell est un régal à plusieurs niveaux. Techniquement, c'est une merveille bénéficiant d'une animation irréprochable, d'une mise en scène qui ne fait jamais dans la surenchère, en distillant à merveille humour, action et merveilleux, d'une galerie de personnage savoureux et d'une musique sublime signée Partick Doyle qui s'amuse avec finesse en se basant sur les instruments celtiques par excellence, autant dire que c'est la fête de la cornemuse.

Ce qui frappe d'emblée dans ce long métrage c'est l'inversion de la cellule familiale classique. On suit une jeune fille qui se rebelle non pas contre le patriarcat de sa tribu, représenté par son père, mais contre la volonté de sa mère d'en faire une femme polissée, respectueuse des traditions et surtout vouée corps et âme à la dominance masculine. Elle prend conseil au près de son géniteur, joue à des jeux de garçon et ne rêve pas au prince charmant. On pourrait la qualifier de garçon manqué, mais ce serait oublier sa droiture et sa loyauté. C'est réjouissant de voir à l'heure actuelle un film destiné à la famille ne pas s'empêtrer dans l'évangellisme et autre discours réactionnaire à la Twilight.

Rebelle est un très beau film qui devrait ravir les plus jeunes par sa drôlerie et son aspect épique, et les autres par son orginalité et sa fraicheur. Et n'oubliez pas de rester assis et attentif jusqu'à la fin du générique, sinon vous raterez le gag ultime de cette indéniable réussite.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagne un DVD ou bluray de Bohemian Rapsody

Participer