Critique

Les Pirates ! Bons à rien, Mauvais en tout

 
Critique par |
Une fois encore, les studios d'animation Aardman nous régalent d'un film rempli d'humour et d'aventures. A l'instar des dinosaures, les pirates ont toujours eu la cote auprès des enfants. Peter Lord l'a parfaitement compris et s'en sert de manière particulièrement jouissive. Sans faire dans l'enfantillage, son long métrage possède une galerie de personnages spécialement bien écrits et des situations cocasses. A tout seigneur, tout honneur, le Capitaine pirate est une merveille iconoclaste qui rêve de gagner le trophée du meilleur flibustier alors qu'il est à l'opposé total de l'image que l'on se fait de ces brigands de haute mer. Il croit que le dodo qu'il trimbale avec lui est un gros perroquet. Son équipage est composé d'êtres tout sauf sanguinaires. Il y a une femme déguisée en homme dans sa troupe et il faudrait avoir de sérieux problème de vue pour ne pas s'en rendre compte. Sa soif de reconnaissance lui fait croiser la route de Darwin et c'est dans un concours scientifique qu'il espère finalement briller grâce à son fameux volatile. Pour ce faire il se rend à Londres, fief de la Reine Victoria, qui hait viscéralement les pirates. Le film prend dès lors un malin plaisir à égratigner la souveraine en la représentant sous la forme d'une toute petite femme très colérique et hystérique. Le compositeur Theodore Shapiro utilise d'ailleurs Pomp and Circumstance d'Edward Elgar en le détournant vite de son faste dès qu'elle montre sa nature de folle furieuse anti pirates. On l'aura compris, autant les adultes que les plus jeunes spectateurs trouveront leur plaisir dans ces aventures rocambolesques à souhait. Dans sa version originale anglaise, on a eu la brillante idée de confier la voix du capitaine à Hugh Grant qui livre une prestation remarquable. Il insuffle à son personnage un côté "so british" avec cet humour pince-sans-rire propres au peuple de la perfide Albion. Le rythme du film participe aussi activement à sa réussite, en enchaînant humour et action. Les Pirates! Bons à rien, mauvais en tout regorge d'une telle multitude de petits détails cocasses que l'on peut le voir plusieurs fois en découvrant de nouvelle choses à chaque vision. C'est là une richesse extraordinaire qui fait du film un véritable trésor de créativité intelligente, et l'enthousiasme de ses créateurs déteint très vite sur le spectateur. Un vrai bonheur qui tombe à pic pour les fêtes de Pâques.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagnez un pack de goodies pour "Goldfinch"

Participer